CCI en action

Hôtellerie-restauration : Auberge au Bœuf Le goût de l’authentique

Quatrième génération aux fourneaux de cette superbe auberge fondée en 1893 au cœur de Sessenheim/67, Yannick Germain réussit le pari d’interpréter la tradition gastronomique alsacienne en mode contemporain.

Histoire d’une Truite Fario et un Œuf Fermier en Alsace du Nord », c’est l’un des plats emblématiques qui figure à la carte de Yannick Germain, inventé avec son confrère Pascal Bastian du Cheval Blanc de Lembach. Cette truite légèrement fumée, accompagnée d’une émulsion de pomme de terre, du jaune d’un œuf cuit au Melfort, leur a permis de remporter une « battle » interrégionale au salon gastronomique de Lyon en 2017.

« Surtout faire plaisir à ma clientèle » © Mike Weiss

Une composition culinaire inédite qui résume tout l’esprit de cette maison récompensée par une première étoile Michelin en 2015. « Elle nous a fait très plaisir naturellement, mais ce qui compte le plus pour moi, c’est de suivre mon instinct et de faire plaisir à ma clientèle fidèle », explique cet épicurien passionné par son métier et attaché à ses racines alsaciennes.

Si les poissons lui sont directement expédiés par des pêcheurs bretons, il fait aussi la part belle à des producteurs locaux, comme la ferme Binder de Sessenheim qui lui fournit ses asperges ou la ferme Schmitt à Bischoffsheim pour son exceptionnel foie gras.

Projet de chambres d’hôtes

Côté cave, les vins sont choisis soigneusement avec son jeune sommelier Stéphane Meyer. Pour les cépages alsaciens, le domaine d’André Ostertag à Epfig figure en bonne place sur la carte. « C’est un humaniste du vin », s’enthousiasme Yannick Germain. Il tient aussi à faire réaliser sa vaisselle par les potiers de Soufflenheim, mais dans un registre design.

« La filière connaît des difficultés à cause de la concurrence asiatique, c’est notre rôle de la valoriser. » Comme beaucoup d’établissements gastronomiques, Yannick Germain s’est lancé dans un projet d’aménagement de trois grandes chambres d’hôtes, afin de permettre à ses clients de prolonger le plaisir de leur séjour par une nuit sur place. Chaque suite de 40 à 50 m² aura une thématique historique. L’une sera naturellement consacrée à Goethe qui a vécu une idylle avec Frédérique Brion, la fille du pasteur de Sessenheim en 1770, alors qu’il étudiait à Strasbourg.

Une évidence puisque depuis 1899, l’Auberge au Bœuf est également propriétaire du Musée Goethe situé juste à côté. Une autre chambre sera, quant à elle, dédiée à Henri Loux, originaire de Sessenheim, célèbre pour avoir créé les décors des vaisselles « Obernai » pour la faïencerie de Sarreguemines au début du 20ème siècle. Les travaux achevés, tous les ingrédients seront ainsi réunis pour donner encore plus de sens à la devise de la maison : plaisir, passion, partage.

P.H.

Auberge au Bœuf
1 rue de l’Eglise à Sessenheim
03 88 86 97 14 • contact@auberge-au-boeuf.fr
www.auberge-au-boeuf.frAuberge au Boeuf / Yannick Germain