L'entrepreneuriat au féminin en Alsace

La table ronde de l'Assemblée générale des élus de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, organisée en Alsace mardi 16 juin chez Velum, portait sur "l'entrepreneuriat au féminin".

entrepreneuriat féminin Velum Alsace

Quels obstacles empêchent les femmes d'entreprendre ? Comment faire évoluer les mentalités ? Ces thématiques autour de l'entrepreneuriat au féminin étaient au coeur de la table ronde organisée lors de l'Assemblée Générale des élus de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin (CCISBR). Elle s'est tenue le mardi 16 juin chez Velum International. L'entreprise, qui fabrique pompes à chaleur et systèmes d'éclairages, est dirigée par une femme, Anne Vetter. Cette dernière vient justement de décrocher le Trophée national de l'entrepreneuriat au féminin.

Plus de femmes en entreprises avec la loi Zimmermann

Avant d'ouvrir les débats, Catherine Siffermann, membre de la CCISBR et également dirigeante du fabricant de nettoyeurs à haute pression Dimaco, a rappelé le contexte légal : le vote de la loi Zimmermann en 2011. Elle instaure des quotas de femmes (20% en 2014, 40% à l'horizon 2017) dans les conseils d'administration et de surveillance des entreprises de plus de 500 salariés.

« J'ai intégré le réseau parité de CCI France afin de faire évoluer les mentalités à ce sujet, dans les entreprises alsaciennes. Les femmes peuvent faire avancer le monde économique mais, à la différence des hommes, elles se posent la question de leurs compétences, » a expliqué Catherine Siffermann. Et le plafond de verre se rompt toujours aussi difficilement : seuls 30% des chefs d'entreprises sont des femmes en 2014, la même proportion... que dans les années 80.

Les freins à l'entrepreneuriat féminin

Concernant les freins à l'entrepreneuriat féminin, chaque intervenante a apporté son regard et son analyse. Anne Vetter (Velum International) et Michèle Walter (dirigeante d'Electrification Industrielle de l'Est et membre de la CCISBR) ont souligné que, impliquées depuis toujours dans l'entreprise familiale, la question d'en prendre la direction s'est faite assez naturellement.

Dans le cas de la création d'entreprises, « les femmes possèdent une aversion plus grande au risque, sous-évaluent leurs besoins de financement et savent moins vendre leur projet. Elles peinent à trouver des financements et développent moins leur réseau, » a expliqué de son côté Myriam Mahe-Lorent, directrice régionale déléguée Alsace de la Caisse des Dépôts et Consignations. L'institution a signé en 2012 une convention avec l'Etat pour favoriser l'entrepreneuriat au féminin, qui met en place réseaux et formations.

Faire évoluer les mentalités

Toutes les intervenantes ont insisté sur l'importance de faire évoluer les mentalités en commençant par l'éducation des enfants. « Les petites filles doivent savoir qu'elles peuvent créer ou diriger une entreprise, faire des métiers scientifiques. Aujourd'hui encore, c'est loin d'être évident, » a soupiré Anne Vetter.

L'AG de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin a aussi été l'occasion d'élire deux nouveaux conseillers techniques : Patrick Cassonnet, directeur régional de Terre Azur, et Bruno Dinel, directeur général d'Au Pain de mon Grand-Père.

L.D.     

Service création, cession, transmission • jeunesentreprises@strasbourg.cci.fr • 03 88 75 24 82