Arene Tech : L’écran immersif s’invite sur de nouveaux marchés

Après avoir démontré son savoir-faire auprès du marché existant, le strasbourgeois Arene Tech, l’un des rares spécialistes français de la technologie immersive, veut séduire d’autres secteurs.

Hadrien Petit-Delvallée, au centre d'un écran immersif. Photo ©Big Family
 
Quand on lui demande de se présenter, Hadrien Petit-Delvallée hésite et hausse les épaules, comme si ça n’avait pas d’importance. « Je suis entrepreneur depuis 10 ans. J’ai commencé par des petits boulots puis je suis entré dans une entreprise de décoration. J’y ai grimpé les échelons jusqu’à la gérance. J’ai ensuite créé mon entreprise d’informatique et, en février 2012, Arene Tech avec 4 associés. » 
 
Voyant qu’on en attend plus, il ajoute, rieur : « Je ne suis pas très bon en storytelling, hein ? Le seul truc drôle que je peux vous raconter, c’est que notre premier prototype d’écran immersif a été réalisé avec un rideau de douche et un couvercle de cuisine. »

Simplifier et démocratiser la technologie immersive

C’est certain que, depuis, ses écrans immersifs ont bien évolué. Ils se composent d’un dispositif qui projette des films sur une toile tendue et arrondie par une structure métallique. Une sorte d’écran géant, pour simplifier, dont l’angle à 180° couvre l’intégralité de notre champ de vision. 

Crées sur mesure ou commandés pour un format standard de 8, 10 ou 12m2, plus de 25 écrans feront bientôt leurs preuves jusqu’en Allemagne ou en Australie. 

« Nous avions deux buts en s’attaquant à ce marché de niche. Déjà, le simplifier. La structure se monte en 45 minutes, sans réglage physique ou calibrage à effectuer par un technicien, » développe Hadrien Petit-Delvallée, bien plus bavard quand il s’agit de parler de cette innovation qui le passionne.

« Cela permet de réduire les coûts (1) et d’atteindre notre second but, rendre cette technologie accessible pour s’ouvrir à de nouveaux marchés, comme celui de l’événementiel. Et, par la suite, d’exploiter notre savoir-faire dans une démarche industrialisée. Dans cette optique, nous travaillons actuellement sur des lunettes de réalité virtuelle afin de mieux rentabiliser dans la durée les coûts de R&D. »

Des marchés à conquérir

Parmi les nouveaux secteurs visés, le serious game, la simulation grand public, les agences de communication ou de voyages. « Dans ce cas, les clients pourraient visiter virtuellement les destinations proposées, » illustre Hadrien Petit-Delvallée. 

« Le marché éducatif s’y intéresse déjà, poursuit-il. Une société forme ainsi ses salariés à la conduite d’élévateurs car les machines comme les objets manipulés sont techniques et fragiles. » Pour s’attaquer à ces cibles potentielles, Arène Tech possède déjà 3 revendeurs en Italie, en Allemagne, en Espagne et, bientôt, au Canada.

(1) Selon la taille et une réalisation sur-mesure, un écran immersif coûte, chez Arène Tech, entre 35 000 et 80 000€.

Léa Davy

Arene Tech • 3 place Arnold à Strasbourg • 09 81 73 29 80 • www.arene-tech.eu