Nucléaire : signature du projet d’avenir pour l’après Fessenheim

Le 1er février 2019, le ministre de la Transition écologique François de Rugy et sa Secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon, ont signé le « projet d’avenir du territoire de Fessenheim » à Volgelsheim.  Tous les acteurs impliqués dans la reconversion économique de ce territoire étaient présents, en particulier le Président de la CCI Alsace Eurométropole, Jean-Luc Heimburger, et son homologue Président de l’Industrie-und Handelskammer Freiburg, le Dr Steffen Auer.

Jean-Luc HEIMBURGER Président de la CCI Alsace Eurométropole : "Nous attendons que chacune des parties s'engage fortement, en particulier l’Etat qui doit s’impliquer sans faille"

 

« Il est rare d’être confronté à un tel enjeu humain et économique dans un territoire. C’est une onde de choc imposée, programmée, inévitable, dont nous essayons d’estimer l’impact, sans toutefois pouvoir le prévoir avec certitude » a souligné le Président de la CCI, Jean-Luc Heimburger.

 « Les revenus de 5000 personnes dépendent de la centrale nucléaire de Fessenheim : elles seront contraintes de changer de vie, de rebondir, de se tourner vers d’autres activités… 2000 entreprises proches du site seront également impactées. Leurs dirigeants verront leur modèle économique mis à mal, qu’ils soient sous-traitants industriels, commerçants locaux ou professionnels de l’hébergement. Nous avons néanmoins la chance de pouvoir anticiper et préparer la reconversion de ce territoire. Notre Chambre de Commerce et d’Industrie s’est engagée pleinement dans ce projet dès les premières réflexions. Nous en sommes des partenaires actifs et des facilitateurs ».

Un territoire de référence pour l’économie bas carbone

Le défi est de taille : comment faire de la fermeture de la centrale une réelle opportunité pour le développement économique ? De nombreuses idées ont germé dans le projet de territoire élaboré collégialement par les collectivités locales, les acteurs du monde économique dont la CCI, EDF, la Banque des Territoires et les services de l’État. La Chambre de Commerce et d’Industrie défend fermement plusieurs chantiers qu’elle considère comme essentiels et stratégiques pour la réussite de cette reconversion économique :

• L’ambition partagée avec tous les acteurs du projet de devenir un territoire de référence en matière d’économie bas carbone et d’y développer des filières d’excellence et d’innovation liées aux énergies alternatives et nouvelles.

• Le développement de la zone EcoRhéna dotée d’infrastructures portuaires performantes,  gérées depuis des décennies par la CCI.

• Le renforcement des infrastructures de transport nécessaires au développement économique en facilitant les liaisons franco-allemandes, routières et ferroviaires.

• L’accompagnement des acteurs économiques en souffrance, identifiés par une enquête auprès du tissu économique local réalisée par la CCI et la Chambre des Métiers.

• Le développement de nouvelles formations spécifiques pour prendre en compte au mieux l’aspect humain de cette reconversion avec une mobilisation forte des équipes de CCI Campus.

Une zone économique binationale expérimentale

Autre fer de lance de la CCI : la dimension transfrontalière qui doit être prise en compte dans tous les aspects de ce projet de reconversion économique. Jean-Luc Heimburger est le porte-parole du pilier économique de la Région Métropolitaine Trinationale du Rhin Supérieur, aux côtés de Bärbel Schäfer, porte-parole du pilier politique, et du Prof. Hans-Jochen Schiewer, porte-parole du pilier scientifique. D’un commun accord, ils ont intégré le projet de territoire de Fessenheim dans leur stratégie transfrontalière. Le Dr Steffen Auer, Président de l’IHK Freiburg, était présent ce vendredi 1er février aux côtés du Président de la CCI Alsace Eurométropole pour affirmer l’ambition partagée par les deux CCI de créer une zone économique binationale innovante, s’appuyant sur des aménagements règlementaires expérimentaux.

La condition de la réussite : une implication sans faille de l’Etat

« Nous attendons que chacune des parties prenantes s’engage fortement et mobilise ses moyens à la hauteur de ce défi, en particulier l’Etat qui doit s’impliquer sans faille dans tous les aspects du projet, qu’ils soient techniques, règlementaires, fiscaux ou financiers » a rappelé Jean-Luc Heimburger, s’adressant en particulier à François de Rugy et Emmanuelle Wargon.

« La fermeture de cette centrale est une première, un événement inédit au plan européen. Notre mission, c’est d’en faire un modèle exemplaire de reconversion du territoire. Sachez que notre CCI s’investira au sein de la future Société d’Economie Mixte qui en pilotera la mise en œuvre. Vous pouvez compter sur nous pour mobiliser toutes les énergies du monde économique ! »

01/02/2019 CW

Je participe