Transition numérique : La digitalisation des entreprises passée au crible

L'Institut Fraunhofer à Karlsruhe est dédié à la recherche appliquée pour les entreprises. © DRTraçabilité, adaptabilité, réaction en temps réel… Autant de nouvelles applications permises par l’automatisation et la mise en réseau des outils industriels. Où en sont les entreprises du Rhin Supérieur dans leur transition numérique ? Existe-t-il des disparités régionales ou sectorielles ? Des questions auxquelles devait répondre l’étude menée dans la région transfrontalière par L'Institut Fraunhofer de recherche sur les systèmes et l'innovation de Karlsruhe.

Les entreprises industrielles d’Alsace, du sud du Bade-Wurtemberg et de la région de Bâle ont été sondées sur leur utilisation des technologies de l’information dans trois domaines différents : production, communication à distance homme-machine et enfin, le plus avancé, le CPS (système cyber-physique : outil capable d’interagir avec son environnement via l’enregistrement et la transmission de données). Si la quasi-totalité des entreprises utilisent désormais des outils numériques au quotidien dans leurs activités, toutes n’en sont pas au même point. 91 % d'entre elles ont désormais recours à au moins une technologie de l’information et de la communication, et 20 % correspondent à un stade de digitalisation avancé. « Les grandes entreprises sont souvent les plus avancées en raison de leurs ressources financières et de leur savoir-faire numérique, relève l’étude. Les entreprises, qui produisent en grandes séries, ont également un plus grand potentiel d’exploitation des technologies liées à l’industrie 4.0. » Enfin, cette adaptation semble corrélée à la complexité des produits fabriqués. Plus ceux-ci sont complexes, plus la numérisation des processus est avancée. La proportion d’entreprises avancées est plus importante en Alsace et dans la région de Bâle (25 et 21 %) que dans le sud du Bade-Wurtemberg (13 %). Mais l’étude note que la partie allemande se rattrape grâce à un plus grand nombre d’entreprises ayant un niveau de digitalisation intermédiaire (16 % contre seulement 4 % en Alsace). Les secteurs les plus avancés sont ceux de la métallurgie (33 % d’entreprises à un stade de digitalisation avancée), suivi de l’industrie du plastique et du caoutchouc, puis des fabricants de machines et de transports (27 % chacun). > P.P.

L'étude est disponible sur :
upperrhine40.eu/data/uploads/2020/08/Upper-Rhine_Report_on_I4.0_action1_1-1.pdf

Je participe