pub

Mobilités : Le défi du « tout en un »

Plus de choix, plus de facilité : le numérique révolutionne le modèle du transport public.

Une seule appli donne accès à tous les modes de transport. © WelcomeByzanceDes bus, des tramways, des taxis, des VTC, des voitures en autopartage, en covoiturage, des vélos en libre-service et même de plus en plus de trottinettes. Chacun peut désormais choisir un mode de déplacement adapté à son besoin spécifique et à son environnement. Sur le territoire de l’Eurométropole, la CTS a intégré ces changements. La révolution numérique tient ici en trois mots : interopérabilité - la carte Badgéo est compatible avec les réseaux urbain et interurbain -, dématérialisation - les billets sans contact rechargeables ont remplacé les titres magnétiques à usage unique - et coopération avec les acteurs complémentaires de la chaîne de mobilité - les cartes Simplicités de la Région Grand Est et l’application SNCF permettent d’acheter un titre CTS. « Dès 2013, nous avons innové avec notre application mobile pour acheter et valider des titres », souligne Lina Tremisi, responsable de l’innovation à la CTS. « Et nous sommes les seuls à offrir une solution permettant de voyager à plusieurs : une interface visuelle sur smartphone donnant accès à des titres différents, à la fois pour le client et ses compagnons. »

Conférence

Quand les mobilités s'adoucissent et se mobilisent, qui y gagne ? Du Mass transit au MaaS : pour qui ?
pour quoi ? comment et à quel prix ?

Mercredi 16 octobre de 8h30 à 11h30 à l'Eurométropole - 1 Parc de l'étoile à Strasbourg

L’exigence du service public

Et demain ? Partout dans le monde, les métropoles, les autorités de transport et les opérateurs de service cherchent à proposer sur une seule application l’accès à tous les modes de transport. Le modèle vient d’Europe du Nord et porte un nom anglo-saxon : Mobility as a Service (MaaS). « Le but est de prendre appui sur le champ numérique pour fluidifier le transport, poursuit Lina Tremisi. Nous sommes attentifs à ces évolutions, au même titre que les opportunités de la 5G et l’apport des énergies renouvelables pour nos véhicules. Mais nous voulons surtout veiller à l’équilibre économique de notre modèle et au respect des libertés individuelles des voyageurs concernant le traitement de leurs données personnelles. » Des exigences que n’ont pas forcément les acteurs privés du numérique.

09/09/2019Partager