pub

Japon : Un marché plus ouvert aux entreprises européennes

 Export

L'accord supprime les droits de douane pour 90 % des produits  européens entrant au Japon. © Adobe StockAvec l’accord de partenariat économique signé entre l’Union européenne et le Japon et entré en vigueur le 1er février dernier, l’archipel offre de réelles opportunités aux entreprises françaises pour l’exportation de produits, mais aussi de services. En effet, il prévoit la suppression des droits de douane pour 90 % des produits, dont 85 % des produits agricoles, et protège plus de 200 indications géographiques. Pour en bénéficier, les exportateurs devront émettre une attestation d’origine avec leur numéro d’identification REX (exportateur enregistré) attribué par les services douaniers. Le Japon dispose d’une population de 126 millions d’habitants dont le pouvoir d’achat est l'un des plus élevés au monde. Parmi les secteurs les plus porteurs, citons l’agroalimentaire (y compris la traçabilité alimentaire) et évidemment le luxe : alcools, parfums, cosmétiques, joaillerie, habillement. Les produits pharmaceutiques et les équipements de santé sont aussi très demandés et représentent le deuxième poste d’exportation vers le pays du Soleil-Levant. À noter également une forte progression des ventes de machines industrielles et agricoles. Enfin, avec 30 % de sa population dépassant les 65 ans d’ici à 2025, le secteur de la « silver economy » est en pleine croissance. Il s’agit d’un marché de 30 millions de consommateurs demandeurs de services personnalisés et de technologies accompagnant la perte d’autonomie. Le consommateur japonais est réputé exigeant, sensible à l’innovation, à la qualité du produit et à son prix. « Pour réussir sur ce marché, il faut prendre son temps, s’investir sur le long terme, bien s’imprégner de la culture nippone et développer des relations interpersonnelles fortes avec ses partenaires locaux », observe Emmanuel Butz, conseiller en développement international à la CCI. > P.H.

Contact CCI → CCI International Grand Est
Emmanuel Butz • 03 88 76 42 30 • e.butz@grandest.cci.fr


Les grands chais de France
Un impact très positif

PETERSBACH/67

Le crémant Arthur Metz a reçu deux médailles au salon Foodex 2019, le premier salon agroalimentaire en Asie. © DR

« La suppression des droits de douane sur le vin devrait nous permettre d’augmenter nos ventes d’environ, 10 %, en particulier d'effervescents, qui étaient les plus taxés », se réjouit Jérémy Rayne, directeur commercial des Grands Chais de France, en charge du Japon, de la Corée et de l’Océanie. La société de Petersbach est présente sur le marché nippon depuis vingt ans. Elle dispose de son propre bureau de trois personnes à Tokyo et 10 personnes uniquement dédiées à ce marché travaillent à son siège alsacien. « Il s’agit de notre 5ème marché à l’export, nous y réalisons un chiffre d’affaires de 30 millions d’€ chaque année à travers nos différentes marques : JP. Chenet pour les vins de cépage, Calvet pour les AOP, Arthur Metz pour les Alsace… Nous couvrons tous les segments du marché depuis les vins de table jusqu’aux grands crus, comme les Petrus à plusieurs milliers d’€ », explique Jérémy Rayne. De 2013 à 2017, les ventes de vins français au Japon ont baissé de 6 %, dépassés par ceux du Chili, qui, eux, ont progressé de 14 % grâce au traité de libre-échange signé il y a trois ans. L'accord avec l’Union européenne devrait redonner le leadership aux bouteilles françaises. « Nous jouissons d’une excellente image de marque dans ce pays et, en dehors de son effet favorable sur le prix de vente, il aura un impact psychologique très positif sur le consommateur », poursuit-il. Les vins d’Alsace devraient en être les premiers bénéficiaires, d’autant plus que le crémant Arthur Metz vient de remporter deux médailles au prestigieux concours Sakura organisé dans le cadre du salon Foodex. « Nos rieslings et pinots gris sont très appréciés dans l’archipel car ils se marient très bien avec les plats japonais », souligne le directeur commercial qui se rend au Japon tous les deux mois. Des perspectives très favorables qui vont l’amener à renforcer son équipe : « Si vous connaissez quelqu’un qui s’intéresse aux vins et qui parle japonais, qu’il nous contacte tout de suite », conclut-il ! > P.H.

Les Grands Chais de France
1 rue de la Division Leclerc à Petersbach
03 88 71 79 79 • groupegcf.fr • 

Je participe