pub

Parole d’expert : Vincent Blumenroeder

Conseiller d’entreprise à la CCI Alsace Eurométropole

Expert en management des connaissances, il intervient, depuis plus de 20 ans, dans le domaine de la veille à l’ADIT, chez Kretz & Associés et en entreprise. En 2007, il a rejoint la CCI où il participe aux pôles Veille et Data.

Veille, sport et stratégie

© Serge NiedLa gestion d’une entreprise ressemble à une course d’orientation. Le dirigeant doit se repérer dans un paysage économique incertain pour atteindre un objectif de croissance, de stabilité, d’embauche… Ses connaissances tiennent lieu de carte, elles représentent le territoire de manière plus ou moins fidèle. En cas de doute, il peut s’aider d’une boussole : son réseau relationnel qui lui montre le nord. Mais pour déjouer les ornières dans ce parcours accidenté, il faut disposer d’un bon altimètre. Tel est le rôle de la veille. Elle indique où sont les creux et les bosses, les risques et les opportunités. C’est la petite voix qui alerte : « Ton principal client se porte mal. Appel d’offres à tribord. Un concurrent sérieux arrive sur le marché. Financement européen à l’horizon. De nouveaux fournisseurs s’installent en Alsace… » Et si l’innovation dans le secteur du bâtiment passait par la bioinspiration ou le biomimétisme ?
C’est l’idée que la petite voix a soufflée à Soprema, l’un des leaders mondiaux de l’étanchéité, qui a proposé, en janvier dernier, un challenge de la veille interuniversitaire sur le thème des solutions innovantes, inspirées de la nature. L’entreprise a bien compris que si elle ne prenait pas le virage de la greentech, ses concurrents le feraient. C’est cette attitude que le veilleur cherche à cultiver en entreprise. Plus qu’une méthode ou un outil, la veille est une expertise et un état d’esprit. > Vincent Blumenroeder 

Contact CCI → Direction Economie Numérique, Information, Marketing
Vincent Blumenroeder • 03 89 20 21 05  • v.blumenroeder@alsace.cci.fr

Je participe