Profil du futur : Demain l’acier vert

Horbourg-Wihr/68

L’usine implantée à Horbourg-Wihr produit des ossatures secondaires pour le BTP et des structures métalliques pour fermes solaires en acier bas-carbone.

L’entreprise se développe sur le marché des ossatures pour fermes solaires. © Serge NiedMalgré son nom évocateur, Profil du Futur n’est pas un film de science-fiction, ni un roman sur l'avenir de l'humanité. C’est une filiale d'ArcelorMittal qui nous projette dans un avenir plus proche : celui de l'acier vert. Au cours des 30 dernières années, une révolution s’est opérée dans les méthodes de construction. Le profilage à froid des bobines d’acier plat a ouvert la voie à des structures plus légères, économiques, plus résistantes à la corrosion, faciles à transporter et à monter. Un acier écoresponsable. La famille Sutter a fondé sa menuiserie métallique à Horbourg-Wihr en 1948. À l’époque, elle fabriquait déjà des charpentes métalliques. En 1995, l’usine rejoint le groupe Usinor-Sacilor, repris en 2001 par Arcelor qui fusionne à son tour avec Mittal en 2006. Aujourd’hui, l’entreprise continue de produire des structures secondaires destinées au BTP et se développe parallèlement sur le marché des ossatures pour fermes solaires.

Une solution clés en main

Profil du Futur compte 105 collaborateurs et réalise 25 millions € de chiffre d’affaires par an. Du bureau de calcul au marketing, en passant par les ateliers de fabrication, l’entreprise assure toute la chaîne de production, sauf le montage qui est laissé aux charpentiers. « La force de Profil du Futur, c’est que nous vendons des solutions complètes », explique le directeur du site Vianney Mérand. Le produit est livré en kit : les pannes et les lisses sont dimensionnées sur mesure et le bureau d’études fournit une note de calcul à destination du client qui réalise le montage sur site.

Une traçabilité sans faille

C’est ArcelorMittal qui fournit 90 % de l’acier. L’essentiel provient du nord de la France, le reste vient de Liège ou d’autres régions d’Europe. « C’est la garantie d’une meilleure traçabilité. L’acier européen est beaucoup plus vert que son concurrent turc ou chinois par ses normes de fabrication et l'absence de long transport », assure Vianney Mérand. Dernier-né de l’entreprise, le rail W en acier a vu le jour en 2018, beaucoup moins onéreux que son équivalent en aluminium. Cette innovation permet de réduire le coût des fermes solaires. Actuellement, elle met au point une structure d'ombrière solaire à destination des parkings, permettant ainsi de développer les énergies renouvelables sur des friches déjà exploitées. Futuriste aussi en matière de RSE, l’entreprise s’efforce de recruter des femmes. Un pari difficile à tenir dans cet univers très masculin. « Elles sont 30 % dans les bureaux d’études, mais moins de 5 % dans les ateliers », regrette le directeur. Une chose est sûre : s’il n’est pas rose à 100 %, le futur qui se profile sera résolument vert. > Lena Gavrilovic

Profil du Futur
8 rue de Fortschwihr
à Horbourg-Wihr
03 89 20 77 00 • profil-dufutur.com

Je participe