ATSA (Atelier de Traitements de Surface d'Alsace)  : Le peintre industriel élargit sa palette

Richwiller/68

En déménageant d’Illzach à Richwiller, le peintre industriel ATSA a considérablement augmenté ses capacités de traitement, visant le marché des très grosses pièces.

ATSA travaille sur un projet allongeant la durée de vie des peintures. © Michel Caumes«Dans ces locaux de Richwiller, ce sont les ponts installés par l’ancien occupant qui m’intéressaient, quatre ponts de cinq tonnes et un de 16 tonnes, explique Cédric Helfer, actuel dirigeant et fils du fondateur de l’Atelier de Traitements de Surface d’Alsace (ATSA). À Illzach, nous ne pouvions traiter que les pièces n’excédant pas 200 kg et nous étions constamment à pleine charge, d’où une réactivité insuffisante. »
Fondé en 2005 à Illzach, ATSA était bloqué dans son développement par la taille de ses ateliers (1 300 m²) et par sa capacité de levage. Quand l’opportunité de reprendre des locaux de 4 000 m² équipés de ponts permettant de soulever de très lourdes pièces s’est présentée, Cédric Helfer n’a guère hésité même si l’investissement était conséquent pour la petite entreprise familiale (10 salariés, 1 million €  de chiffre d’affaires). Un investissement financier (1,8 million €), mais aussi un gros investissement humain : « Quatre mois de travaux ont été nécessaires, dont une bonne partie a été réalisée en interne par moi-même et des salariés de l’entreprise, raconte l’entrepreneur. J’ai dessiné et fait réaliser un convoyeur de 65 m où l’on peut accrocher jusqu’à 800 kg par mètre linéaire et qui dessert trois cabines de peinture et trois cabines d’étuvage destinées aux pièces les moins lourdes ou les moins volumineuses. Nous disposons par ailleurs d’une cabine de peinture à plat de 12,5 m sur 7 m et 3 m de hauteur pour les pièces les plus lourdes et encombrantes, ainsi que d’une cabine de grenaillage. »

Prévenir la corrosion

Avec cet équipement, ATSA peut élargir son activité aux grosses pièces, des châssis de machines par exemple. L’entreprise fournit une prestation de prévention de la corrosion au moyen de peintures et selon des process indiqués dans les cahiers des charges de ses clients ou mis au point spécialement par l’entreprise. Sa clientèle, qui s’étend de l’Alsace à la Franche-Comté, appartient au secteur du nucléaire, de l’offshore et du maritime (pièces installées sur des méthaniers par exemple), des fabricants de machines textiles ou de la métallerie. Une majorité des pièces traitées partent à l’étranger sur des machines ou des équipements exportés par les clients finaux. ATSA travaille actuellement sur un nouveau projet de métallisation, c’est-à-dire de projection de zinc pour créer une protection « sacrificielle » allongeant la durée de vie des systèmes de peinture. Une nouvelle couleur sur la palette d’activités d’ATSA qui veut embaucher quatre salariés supplémentaires dans les prochaines années. > Dominique Mercier

ATSA
127 route de Mulhouse à Richwiller
03 89 31 22 05
atsa-france.com

Je participe