pub

Synovo : une croissance tirée par les ambulances

Grâce à de multiples financements et accompagnements, Synovo connaît une belle croissance. La start-up de Strasbourg a crée un logiciel innovant pour la gestion des flottes d’ambulance.

Saphir, le logiciel de Synovo

Avec ce logiciel, les ambulanciers gèrent leurs véhicules, dont ils connaissent la position géographique en temps réel ou selon une projection à 15 min ou 2 h, le planning, l’état mécanique etc. Ils optimisent la prise en charge des patients avec différents filtres (indication des zones couvertes en moins de 30 minutes par leurs ambulances, itinéraires, trafic…) et assurent le suivi administratif comme la facturation, la télétransmission, la mise à jour du carnet d’adresses des patients…

 

Au Point Éco Alsace, l’originalité se veut aussi dans l’écriture. Exceptionnellement, nous avons laissé les différents partenaires de Synovo, créateur d’une suite logicielle destinée aux ambulanciers, décrypter les clés du succès de l’entreprise. Depuis sa création en février 2013, jusqu’à l’embauche de ses 20 salariés, en passant par l’inauguration de ses nouveaux locaux, à Strasbourg, en juin dernier.

Premier à se lancer, Alban Stamm, délégué innovation chez BPI France. « En plus d’être une réelle innovation, construite avec une approche-client, le prototype d’algorithme de Synovo leur permettait déjà de dégager un petit chiffre d’affaires ».

un bon départ pour Synovo

Le trio fondateur de l’entreprise, Jérémy Wies, Michel Lacombe et Guillaume Philipp, ne néglige pas pour autant son capital de base. « Les jeunes entrepreneurs oublient qu’ils doivent financer leurs frais de fonctionnement, parfois sur des durées plus importantes que prévu. Alors que Synovo débutait avec 80 000€ et une place à Semia », estime Gilles Grand, directeur de cet incubateur strasbourgeois, où l’entreprise s’installe en 2012 avant même sa création officielle.

À la clé, 60 000€ de financement accordés par la BPI et la Région Alsace. Cette dernière gère et finance Semia. En juin dernier, c’est au tour de Cap Innov’Est d’abonder la trésorerie de Synovo.

Jérémy Wies (à gauche), Michel Lacombe (milieu) et Guillaume Philipp (à droite), les fondateurs de Synovo et d'un logiciel pour la gestion des flottes d'ambulances © Semia

Multiplier sources de financement et concours

Le trio noue aussi des partenariats scientifiques – avec ICube, le laboratoire du CNRS et de l’université de Strasbourg par exemple – et demande sa labélisation au Pôle de compétitivité Véhicule du Futur. Accordée en 2012, elle débouche sur une subvention de l’Ademe.

Synovo postule à de nombreux concours et remporte le Talents des Cités 2014, le prix PEPITE du Ministère de l’Enseignement Supérieur et le concours Cré’ACC de l’Ordre des experts-comptables d’Alsace. « Ils ont déposé leur dossier pour trois programmes d’aide chez nous : l’appel à manifestation d’intérêt sur l’Économie numérique et deux subventions pour l’embauche de jeunes diplômés », glisse Lilla Merabet, vice-présidente du Conseil Régional d’Alsace.

Jérémy Wies, Michel Lacombe et Guillaume Philipp, le trio de Synovo

Une fois le projet développé et le financement assuré, Synovo continue de se faire accompagner. C’est ici qu’intervient Richard Marchal, du Réseau Entreprendre Alsace : « Pour la deuxième année d’exercice, ils se sont recentrés sur leur projet d’origine, sous peine d’exploser en vol. Leur réussite tient aussi à la personnalité des trois fondateurs. Généralement, les projets avec plusieurs actionnaires posent des problèmes internes mais, dans ce cas, ils avaient bien défini leurs rôles. Et ils s’y sont tenus ». Reste un défi pour le trio, qui essaime son logiciel dans toute la France : enfin décrocher leur premier client… alsacien.

L. D.      

Synovo • 8 rue Schertz à Strasbourg • 03 67 10 36 75 • synovo.fr

Je participe