HYDRA BEAUTY & CLEAN : une relocalisation réussie !

Moosch/68

Créée en 1939 par la famille Riethmann où trois générations se sont succédée, Hydra Beauty & Clean fabrique des produits à base de coton (disques à démaquiller, bâtonnets, lingettes…). Elle a vu, en l’espace de trois ans, son chiffre d’affaires progresser de 70 %. Aujourd’hui, grâce à son investisseur franco-polonais, l’entreprise relocalise à Moosch une nouvelle ligne de production. 

Avec sa nouvelle ligne de production, Hydra transforme 15 tonnes de coton brut par jour. © Serge Nied Après des hauts et des bas, Hydra est rachetée en septembre 2017 par Gabriel Kermiche, un Franco-Polonais de 29 ans. Il investit à hauteur de 80 % en fonds propres complétés pour 20 % par le groupe EcoWipes qu’il dirige avec deux associés. Lorsqu’il rachète l’entreprise, il n’a qu’un objectif : relocaliser son activité historique en France, c’est-à-dire la fabrication et le blanchiment de nappes de coton.

Des investissements indispensables

Pour cela, Gabriel Kermiche a investi un million € dans la remise en état du parc machines vétuste et non entretenu depuis de nombreuses années, puis deux millions € dans l’achat de nouveaux équipements et a nommé Jean-Luc Thiery directeur du site. Le temps de redémarrer l’usine et avant de pouvoir réintégrer l’activité nappage, le dirigeant a fait venir de Pologne les nappes de coton qui sont désormais transformées à Moosch.
En 2020, dans le but d’optimiser les flux, une nouvelle implantation de machines est repensée et un gros travail sur l’amélioration de la qualité est mené. Enfin, un nouveau bâtiment logistique voit le jour.

Objectif atteint !

Et c’est en partie grâce au plan de relance et une volonté affirmée de Gabriel Kermiche que la relocalisation de l’activité nappage se concrétise en 2021. Avec une aide de l’état de 650 000 €, plus une aide de la Région Grand Est de 300 000 € et avec un soutien conséquent des banques polonaises à hauteur de quatre millions €, la nouvelle ligne de production peut enfin démarrer. « On veut faire du vrai made in France, du vrai made in Alsace », précise Jean-Luc Thiery. La nouvelle ligne de production est innovante, unique et plus respectueuse de l’environnement. Elle permet de réduire de 50 % la consommation d’eau et d’énergie et ainsi de réduire d’autant les rejets d’eau. En outre, la matière première à base de coton provient de déchets de l’habillement, c’est-à-dire les chutes qui ne peuvent pas être utilisées dans la confection. « Nous revalorisons une matière qui ne peut pas être exploitée », ajoute Jean-Luc Thiery.
Le parc machines et l’effectif ont été multipliés par deux depuis le rachat de l’entreprise en 2017. Hydra compte aujourd’hui 14 machines de découpe et 80 employés qui transforment 15 tonnes de coton brut par jour avec la nouvelle ligne. En sortie de ligne, ce sont 19 millions de paquets de coton tous formats confondus par jour qui sont produits. Quant au chiffre d’affaires, il est passé de sept millions à 19 millions en 2020.

Nouveau projet 

Aujourd’hui, l’activité d’Hydra c’est 70 % de coton à démaquiller produit sur site et 30 % de vente de lingettes 100 % biodégradables EcoWipes. Mais Gabriel Kermiche réfléchit déjà à implanter une nouvelle ligne de production de lingettes sèches. Hydra mise sur l’avenir en investissant et en recrutant et formant du personnel en permanence. Hydra recherche activement de nouveaux collaborateurs pour le fonctionnement de sa nouvelle ligne de production. Une vingtaine d’embauches sont prévues. > D.M.

Hydra Beauty & Clean
5 route Nationale à Moosch • 03 89 38 16 00
hydra.fr

Je participe