Le développement économique menacé

Je ne peux pas imaginer que l’économie ne soit pas au cœur du projet de notre société

Voilà 10 mois que les CCI de Strasbourg, Colmar et Mulhouse ont fusionné pour laisser place à une CCI alsacienne unique, la CCI Alsace Eurométropole. Ce projet, mené dans un esprit de rationalisation et d’efficacité, nous a rendus encore plus performants dans l’appui aux entreprises.

En pratique, qu’est-ce que cette CCI? Côté «entrepreneuriat», nous accompagnons chaque année 2000 créateurs d’entreprises. Et il est utile de rappeler que, au bout de 3 ans, 80% des entreprises accompagnées par nos soins existent toujours, contre moins d’une sur deux pour celles qui n’ont bénéficié d’aucun appui. Le fonds, que nous avons doté de 2 M€ pour les projets de création, a permis à plus de 200 entrepreneurs de développer leur idée, de la pérenniser et de générer de la richesse et des emplois.

©128dB

Sur le plan de la formation et de l’enseignement, je suis toujours fier de souligner que la CCI est le deuxième formateur en Alsace, après l’Éducation nationale. Chaque année, plus de 10000 personnes sont formées sur les sites de CCI Campus et 1600 jeunes sortent de notre CFA avec un métier en poche.Dans l’appui aux entreprises, notre expertise est unanimement reconnue par nos partenaires et par nos clients. Je pense à l’industrie du futur avec la communauté des 170 offreurs de solutions que nous fédérons pour accompagner les entreprises vers le 4.0. Je songe à l’export: près de 1000 entreprises accompagnées chaque année, ce qui confère à l’Alsace la place de premier territoire français à l’export en termes de PIB par habitant. Dans le domaine de la transformation digitale, nous accompagnons le déploiement du très haut débit en sensibilisant plus de 1500 entreprises par an aux enjeux du numérique.

Je pourrais également vous parler de nos services à haute valeur ajoutée dans l’appui à l’industrie, au commerce, à l’hôtellerie-restauration ou encore évoquer nos actions innovantes en matière de coopération transfrontalière, de veille et d’intelligence économique, d’économie circulaire…

Pouvons-nous renoncer à tout cela? Aujourd’hui, en tant que président d’une CCI qui a su se réformer et se réinventer, je suis profondément inquiet. Nos ressources fiscales ont largement diminué ces dernières années: - 35% en 5 ans. Nous avons, en conséquence, optimisé notre fonctionnement avec la fusion des CCI et la réduction de 27% de nos effectifs en 5 années. Or, le projet de loi de finances pour 2018 prévoit une nouvelle baisse de 17%: 4 millions d’€ de ressources en moins pour notre CCI.Je suis également inquiet car nous avons noué des partenariats forts avec les grands acteurs économiques du territoire: l’Eurométropole de Strasbourg et les principales villes alsaciennes; le Conseil régional, dont nous sommes le principal interlocuteur en matière d’innovation. Dans un contexte de reprise, il serait dangereux de réduire encore les moyens de la CCI, acteur clé de l’économie. Ne nous trompons pas de cible: il y a probablement d’autres sources d’économies à faire par ailleurs, quand notre pays doit tout faire pour accompagner ses entreprises dans leur développement.

Je ne peux pas imaginer que l’économie ne soit pas au cœur du projet de notre société: une économie innovante, créatrice d’emplois et de richesse, ouverte sur le monde, dans laquelle la performance et la réussite sont justement reconnues.

Jean-Luc Heimburger Président de la CCI Alsace Eurométropole

14/11/2017 Partager