Herwin : Recruter des clients par les réseaux sociaux

En deux ans seulement, l’agence Herwin a réussi derrière le masque d’Helmut, l’exploit de devenir un produit esthétique au service de ses clients. Avec un solide carnet d’adresses, le publicitaire strasbourgeois est un exemple du bon usage des réseaux sociaux. Suivez le fil…

Nous avons réussi à faire de notre mascotte «Monsieur Helmut» une love marque © Benoît Linder

Cédric Zingerlé a créé l’agence Herwin, née sous le pseudonyme «Monsieur Helmut» en 2014, avec la volonté depuis le début de marquer les esprits par une stratégie de disruption, en se différenciant de ses concurrents via une communication «produit» plutôt qu’une communication «d’entreprise». «Après avoir monté une équipe, nous avons inventé notre histoire autour d’une image de marque très complète qui est devenue la vitrine de nos compétences. Nous avons réussi à faire de notre mascotte «Monsieur Helmut» une love marque (une marque/entreprise qui entretient avec son consommateur une relation basée sur le mystère et les émotions, ndlr) pour notre communauté. Nous avons personnifié l’agence grâce à cette mascotte aux allures de singe afin de lui donner un cœur et une âme. Notre communication est basée sur les émotions et les petits moments du quotidien pour que les gens s’y reconnaissent et, mis à part nos cartes de visite, nous avons uniquement utilisé les réseaux sociaux. Tout le monde est connecté, ainsi un chef d’entreprise ou un directeur de communication/marketing d’une société est avant tout un particulier qui partage et qui tweete! Là est notre cœur de cible! La majeure partie de nos clients actuels a fait appel à nous grâce à cette image de marque, car une agence qui met en place un bon "personal branding"assure à ses clients potentiels qu'elle est en mesure de proposer une bonne communication et donc de leur garantir une bonne visibilité sur les réseaux sociaux», confie le jeune publicitaire.

Harley-Davidson Borie dans le portefeuille clients

Et ça marche. Deux ans et demi après, le portefeuille clients comporte environ 70 entreprises/marques. Certaines d'entre elles sont suivies sur l’ensemble de l’année, comme Harley-Davidson Borie ; Dimension One Spas et Art du Spa, marques du groupe Jacuzzi Group Worldwild; Losberger France. D'autres font appel à Herwin pour des opérations ponctuelles. Et, pour entretenir l’image, Herwin enfile le masque d’Helmut pour faire un coucou sur les réseaux sociaux. Un art à part entière qui doit respecter LA règle d’or: créer une communauté. Cédric Zingerlé explique: «On pense qu’être présent sur les réseaux sociaux et y faire de la publicité payante pourrait être suffisant! La première étape d’une stratégie de communication à destination des internautes est de créer son image de marque pas à pas. En commençant par un univers graphique professionnel et attractif, car beaucoup n’ont pas conscience de l’enjeu marketing qui se cache derrière une belle image. L’étape suivante est de comprendre son audience/public et ses centres d’intérêt pour trouver un contenu attractif à partager. Puis planifier son contenu pour avoir un rythme constant. Après chaque campagne, il faut analyser ses résultats pour effectuer des ajustements pour un meilleur retour sur investissement sur les publicités payantes».

Une communauté et un ton adéquat

Quid alors du ton qu’une entreprise doit employer sur les réseaux sociaux pour livrer ses messages? «Il doit être le même que celui utilisé sur les autres canaux, car c’est la base de l’identité. Le risque serait d’essayer d’employer un ton léger si la culture d’entreprise est très formelle. L’image se construit sur le long terme, certaines marques pourront tout de même changer de ton et de message pour rajeunir leur image ou atteindre une autre cible. Il faut donc garder à l’esprit qu’une stratégie éditoriale sur les réseaux sociaux n’est pas figée, qu’il faut adapter sa communication et la faire évoluer en fonction de sa communauté», complète le fondateur d’Herwin. Et de conclure: «La principale erreur des entreprises dans leur e-réputation est le nombrilisme, c’est-à-dire promouvoir uniquement ses services ou ses produits. Pour éviter ce problème, il faut créer ou partager du contenu non commercial susceptible d’intéresser sa communauté, cela engendrera une augmentation du capital sympathie de l’entreprise/marque. Les entreprises peuvent ainsi partager certaines parties de leur savoir-faire, des tutoriaux, des bons plans de partenaires, proposer du contenu divertissant en rapport avec leur activité.» À bon entendeur.

Herwin • 2, place du Cygne à Strasbourg • 09 86 10 78 04 • hello@herwin.frhttp://herwin.fr • Facebook : Monsieur Helmut

02/09/2016 Partager