Geek & TIC

Médias Sociaux : Quelle stratégie B to B ?

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui de plus en plus au cœur de la stratégie de communication digitale des entreprises. À l’image de Facebook, ils sont souvent perçus comme exclusifs aux entreprises B to C, mais peuvent également être un formidable outil de stratégie B to B.

Page Linkedin de la société Advisa Digital business

Mieux vendre grâce aux réseaux sociaux

Le cabinet de conseil marketing LMCP organise le Social Selling Forum de Strasbourg le 20 novembre 2018, en partenariat avec la CCI Alsace Eurométropole. Cet événement est destiné aux créateurs d’entreprise, dirigeants de TPE/PME, consultants, responsables marketing...

Social Selling Forum
Mardi 20 novembre

CCI Campus
234 Avenue de Colmar, 67100 StrasbourgInformation et inscription : www.socialsellingforum.fr/strasbourg

Jean Marc Kolb
jm.kolb@alsace.cci.fr

 

L’utilisation de ces nouveaux supports de communication modifie les habitudes de consommation des clients et exhorte les entreprises du B to B à déployer de nouvelles stratégies digitales tout en se transformant pour accompagner leurs salariés et dirigeants à cette révolution. Que ce soit pour développer sa notoriété, son chiffre d’affaires, le trafic de son site internet ou encore acquérir de nouveaux prospects B to B, LinkedIn est actuellement le réseau social le plus efficace pour y parvenir. “Quand on parle de stratégie digitale B to B on pense LinkedIn. C’est le réseau social professionnel incontournable”, explique Thomas Azan, gérant de l’agence de communication Goodway. Cet expert en communication est régulièrement sollicité par ses clients pour développer leurs réseaux sociaux et en particulier LinkedIn: “Nous avons beaucoup de demandes, mais j’insiste à chaque fois sur l’importance d’identifier et de former en interne les collaborateurs qui auront également le rôle de porte-parole».

Une stratégie en “toile d’araignée”

Selon cet expert de la communication, pour qu’une marque réussisse, elle doit établir une double stratégie. D’une part créer la page “marque” qui tiendra un discours institutionnel, relayant les actualités importantes de l’entreprise, et d’autre part identifier en interne quels seront les relais, les ambassadeurs de ces messages. Pour cela, il est important de former les collaborateurs à cette mission, qu’elle soit internalisée ou externalisée, permettant de relayer l’information en se l’appropriant, en la personnifiant. C’est ainsi que la marque gagnera en puissance avec des relais légitimes et influents. Grâce à cette structuration en “toile d’araignée”, elle est au cœur de la communication portée par ses ambassadeurs. LinkedIn propose la consultation des statistiques des publications : interactions, nombre de clics, engagement, données géographiques, etc. C’est une première étape qui peut être complétée par l’obtention d’un compte Premium payant. Celui-ci offre de nombreux avantages, notamment dans le cadre du développement de sa marque employeur. Cependant, Thomas Azan avertit que « les réseaux sociaux ne sont pas une fin en soi. Ils doivent renvoyer sur un site internet et non le remplacer. »Cette démarche de communication digitale peut être accompagnée par d’autres outils de référencement. Cette complémentarité permet de cibler et sélectionner les entreprises de son territoire, notamment grâce à l’annuaire des entreprises d’Alsace, disponible sur le site internet alsaeco.com.Avec 70000 entreprises inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés, des greffes de Strasbourg, Saverne, Colmar et Mulhouse, l’annuaire des entreprises d’Alsace intègre un moteur de recherche précis et performant. De plus en plus d’entreprises ont recours à ces outils sans pour autant engager de grandes dépenses budgétaires. N.M.

Mario Elia
m.elia@alsace.cci.fr