Un enjeu économique et sociétal : les achats responsables - une stratégie gagnante

Protection de l’environnement, mais aussi maintien d’une implantation locale, relocalisation de certains approvisionnements, revitalisation d’une région : dans les entreprises, le processus achats s’inscrit aujourd’hui dans une chaîne de valeur. L’enjeu n’est plus seulement économique ou financier. Les achats responsables redéfinissent les liens d’affaires et amorcent un véritable changement de pratiques. Explications et témoignages.

@ Adobe StockLors d’un récent colloque organisé par la CCI Grand Est sur le thème des achats durables, le conférencier Philippe Dessertine était catégorique. « Notre modèle n’est plus adapté à huit milliards d’humains en 2030. Un modèle alternatif est possible et ce changement a déjà commencé avec pour principal levier les achats responsables. Il sera positif pour l’ensemble des parties prenantes, les clients comme les actionnaires, à condition d’accepter de fonctionner différemment. La question pour les entreprises n’est donc plus de savoir s’il faut s’y engager, mais comment s’y engager. » Au regard des nombreux signaux d’alerte - de la crise environnementale à l’exigence de relocaliser les approvisionnements -, une prise de conscience se fait jour dans les entreprises autour de l’importance stratégique du processus achats.

Acheter responsable : des bénéfices multiples

→ La maîtrise des coûts
→ La maîtrise des risques (sociaux, environnementaux, économiques)
→ Un avantage concurrentiel
→ L’amélioration de l’image de marque auprès des partenaires et des clients
→ Un vecteur d’innovation et de création de valeur (synergies avec les fournisseurs, les prestataires et le tissu économique local)

Plus encore : celui-ci s’impose en tant qu’échelon critique, garant d’une attention portée tout à la fois à l’exploitation des ressources et à l’usage des matériaux, ainsi qu’à l’environnement social et humain de la chaîne de production. Les achats seraient ainsi le premier baromètre de la responsabilité d’une entreprise. Le prix, mais aussi la qualité environnementale et la manière dont le produit a été fabriqué orientent les décisions des acheteurs et les amènent à se poser de nouvelles questions. La commande publique intègre de plus en plus ces nouveaux standards. « Nous voulons faire des marchés publics un levier stratégique pour la transition écologique et la cohésion sociale », martèle Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie. La Région Grand Est cherche, de son côté, à promouvoir une économie basée sur des achats qui réduisent les risques - notamment ceux de dépendance et de rupture d’approvisionnement - et qui cible des produits respectueux de l’environnement, tenant compte de la raréfaction des ressources naturelles, écoconçus et donc recyclables ou réutilisables.

Une opération collective autour du sourcing

La SNCF dépense 12 millions € en achats chaque année (la moitié de son chiffre d’affaires). Sa politique d’achats responsables applique des critères de sélection bénéfiques pour la société, l’environnement et l’économie des territoires. © Adobe StockLa marche reste haute et c’est précisément pour accompagner les entreprises dans le déploiement d’une stratégie d’achats responsables que la CCI Grand Est met en œuvre l’opération collective « SourCCIng durable » en lien avec l’ADEME et la Région Grand Est, dans le cadre du programme Climaxion. « Acheter responsable est, en réalité, accessible à toute entreprise, sous réserve qu’elle souhaite interroger ses pratiques et s’inscrire dans une démarche de progrès, rappelle Valérie Hauchart, consultante chez Un pas pour demain et référente pour le « Parcours SourCCIng durable ». Mon rôle est d’éclairer les entreprises sur les opportunités que peut offrir une telle démarche tant en interne, auprès des équipes, en termes économiques, de performance sociale et environnementale, qu’en externe dans un contexte où les exigences des clients sont de plus en plus fortes. Nos échanges s’organisent autour d’ateliers collectifs et du partage d’expériences. Ils conduisent les dirigeants à une réflexion globale qui intègre notamment le coût complet plutôt que le prix unitaire des produits, qui sort d’un modèle économique linéaire pour penser recyclage, revalorisation, disponibilité des matières premières, coût des énergies. »

60 %
Les achats représentent près de 60 % du chiffre d’affaires d’une entreprise.

30 %
Le plan national d’action pour les achats publics durables fixe un objectif : 30 % des marchés publics avec une clause environnementale.

La problématique de sécurisation de la chaîne d’approvisionnement, mise en évidence par la pandémie, a accéléré la conversion des entreprises. Dans ce contexte, la démarche de sourcing devient stratégique. « Acheter responsable appelle un devoir de vigilance des entreprises concernant les achats de produits ou de services, mais également lors de la sélection des fournisseurs, souligne Christelle Richy, conseillère Économie Circulaire à la CCI. La démarche pose clairement la question de la responsabilité qui s’exerce au sein de la chaîne d’approvisionnement. Elle suppose aussi des relations de collaboration et de confiance avec les fournisseurs, inscrites dans la durée autour d’objectifs d’optimisation des coûts, d’efficacité et de performance. » Le choix du fournisseur découle de questions concrètes qui lui sont posées. Elles vont de ses pratiques et innovations environnementales, sa gestion des déchets liés au marché, la recyclabilité des matériels jusqu’à sa politique d’insertion sociale ou ses engagements en formation et en santé-sécurité des personnels.

Tendance de fond

Dans les TPE ou dans les grands groupes, le sourcing durable est une tendance de fond. Les objectifs sont partagés : réduire l’impact environnemental des activités, développer l’économie locale et l’ancrage territorial, gagner en performance économique, répondre aux attentes en matière de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) de leurs clients. À la SNCF - 23 000 fournisseurs dont 16 000 PME -, acheter responsable est une priorité. « Notre ambition est d’attirer et fidéliser un panel de fournisseurs innovant et créateur de valeur pour SNCF Réseau, confirme Aurélie François Mariemberg, responsable d'un centre d'achats opérationnels sur le territoire Nord Est Normandie.

Nous ouvrons davantage nos marchés travaux aux PME locales afin d’optimiser financièrement les achats. Cette démarche se concrétise en particulier par des rencontres fournisseurs annuelles sur tout le territoire. Ces rendez-vous se traduisent par une augmentation significative du nombre de demandes de référencement sur notre plate-forme d’achats. Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape en évaluant la performance RSE des entreprises attributaires de nos marchés de plus de six mois. Actuellement, 60 % des fournisseurs de SNCF Réseau sont engagés dans cette évaluation. » EDF s’est également positionné sur le sourcing de proximité. Le groupe fait appel à la plate-forme Business Sourcing créée par la CCI pour développer des relations d’affaires avec les entreprises alsaciennes. « Nous recherchons des compétences techniques - soudeurs, chaudronniers, usineurs - pour mettre en œuvre des programmes de travaux dans nos centrales hydrauliques, décrit Lucas Husson, directeur agence EDF Hydro "Une Rivière, Un Territoire" Vallée du Rhin. Notre objectif est de développer au maximum la notion de partenariat dans la durée et de faire du gagnant-gagnant entre notre performance globale - maintenance et exploitation - et l’attractivité du territoire du point de vue de l’emploi. De façon générale, notre démarche achats responsables repose sur une relation contractuelle fondée sur l’écoute et l’échange. Elle est au sein de l’entreprise un accélérateur et un catalyseur de bonnes pratiques. Concrètement, nous portons une attention particulière au taux de dépendance d’un fournisseur, ainsi qu’aux PME et start-up innovantes pour leur permettre d’accéder également à nos marchés. Assurer une équité financière vis-à-vis des fournisseurs, réduire les risques de dépendance entre l’entreprise et ses prestataires : ces exigences sont au cœur de notre politique d’achats responsables. EDF est l’un des premiers signataires de la charte Relations fournisseurs et achats responsables aujourd’hui pilotée par le Conseil National des Achats. » Une relation d’affaires avec un niveau d’exigence élevé pour plus de performance collective et d’impacts positifs : les achats responsables réinventent dans le bon sens les échanges entreprises-fournisseurs. > Éric Pilarczyk

 

Je participe