Compte personnel de formation  : Les atouts d’une réforme

Depuis le 1er janvier 2019, le compte personnel de formation (CPF) est alimenté en euros et non plus en heures. Une avancée qui vise à rendre plus attractif l’accès à la formation et donne à chacun la possibilité de construire son parcours professionnel. Aux demandeurs d’emploi, aux salariés et aux chefs d’entreprise de s’emparer de ce nouvel outil pour en faire une opportunité d’évolution et de développement.

Si la formation initiée par le salarié se fait sur le temps de travail,  elle doit être validée par l’employeur. © Yves TrotzierTrop complexe pour les entreprises, peu accessible pour les salariés : la formation professionnelle a vu ses conditions modifiées par la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel entrée en vigueur le 1er janvier dernier. Dispositif emblématique de cette réforme, le compte personnel de formation - qui a succédé en 2015 au droit individuel à la formation - est désormais « monétisé ». L’alimentation du compte se fait en euros par année de travail et non plus en heures. L’employeur peut abonder le montant et octroyer un versement complémentaire selon les accords de branche ou d’entreprise. Le compte peut être consulté par tout salarié en quelques clics après inscription sur la plate-forme moncompteactivite.gouv.fr. Le principe du CPF est de permettre au salarié de prendre en main son parcours professionnel. Ce nouvel outil recense ainsi les droits acquis par le salarié tout au long de sa vie active et les formations dont il peut bénéficier personnellement. Il donne accès à une liste de formations éligibles au CPF. Celles-ci regroupent l’ensemble des certifications inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et au répertoire spécifique. Le certificat de qualification professionnelle (CQP), le bilan de compétences et la validation des acquis de l’expérience (VAE) restent toujours éligibles au CPF. Et pour faciliter les démarches du salarié, une application mobile sera mise en place à partir du 14 novembre 2019. Elle permettra à tous les usagers ayant des droits CPF sur leur compte d’acheter - et de comparer - leur formation librement et sans intermédiaire. À l’aide de cette application, les salariés pourront connaître leurs droits acquis au titre du CPF, choisir leur formation, financer leur projet, s’inscrire à la formation et la payer directement en ligne. Si les droits disponibles ne suffisent pas, il sera également possible de régler le complément financier en ligne, par carte bancaire ou en faisant appel à des financements supplémentaires. En France, près de 30 millions d’actifs sont concernés par cet outil numérique qui bouleverse l’approche de la formation.

chiffre clé
3000 euros
 C’est le montant de l’enveloppe moyenne d’un compte personnel de formation qui va de 500 € par année à un plafond de 5 000 € (de 800 à 8 000 € pour les personnes non qualifiées).

Une exclusivité des CCI

La nouvelle loi vise aussi la réorganisation des acteurs de la formation professionnelle. La Caisse des dépôts et consignations va progressivement assurer la gestion technique et financière du CPF, assumant la responsabilité du paiement des organismes de formation. Autre changement  : les actuels Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) en charge du financement de la formation professionnelle des salariés deviennent - depuis le 1er avril 2019 - des opérateurs de compétences (OPCO) chargés d’accompagner les entreprises de moins de 50 salariés. « Le véritable enjeu de la réforme porte sur l’utilisation du budget. Car le CPF ne peut être mobilisé qu’à l’initiative du salarié qui est maître de sa formation. Si celle-ci a lieu pendant le temps de travail, elle est nécessairement codéfinie par l’employeur qui valide avec son salarié le contenu de la formation et les objectifs visés, souligne Valérie Sommerlatt, directrice CCI Campus Alsace.

Actions CCI
Des cours de langues au Certificat de Compétences en Entreprise (CCE), en passant par la formation au tutorat : plus de 50 formations organisées par CCI Campus sont éligibles au compte personnel de formation. Parmi les modules les plus demandés : la formation « 5 jours pour entreprendre » dédiée aux porteurs de projets de création ou de reprise d’entreprise dans les secteurs du commerce, des services, de l’hôtellerie-restauration et de l’industrie.

Le CPF doit être appréhendé comme un levier de développement pour l’entreprise qui investit dans les compétences et une opportunité d’évolution pour le salarié qui construit son parcours professionnel. Un grand nombre de nos formations est éligible au CPF et s’inscrit dans ces objectifs stratégiques. La force de CCI Campus Alsace est de proposer une gamme importante de formations certifiantes, soit par le passage d’un examen - en langues notamment - soit via un parcours constituant une « brique » de l’un de nos diplômes, ou encore en passant un Certificat de Compétences en Entreprise. » Cette certification, exclusivité des CCI, permet de valider des compétences dans de nombreux domaines : paye, commercial, tutorat, export, achat, management. La montée en compétences, l’employabilité sont au cœur du CPF, au même titre que l’égalité des chances et la responsabilité individuelle.

Le CPF hors du temps de travail

Se former à la création d'entreprise

Vincent Burgun, ancien technicien SNCF, a mis sur les rails un projet de reconversion : la création d’un commerce spécialisé dans les articles de modélisme ferroviaire. L’ex-cheminot a utilisé son CPF pour suivre la formation « 5 jours pour entreprendre » à CCI Campus, complétée par des cours de langue allemande. « Avec le crédit d’heures dont je disposais, la totalité du coût de la formation a été prise en compte par l’Agefos PME. L’apport de la formation, qui aborde tous les aspects de la création d’entreprise, est immense. Elle m’a permis d’avoir une première approche de la gestion d’une entreprise et d’appréhender les contraintes du dirigeant. Un socle capital pour bâtir un projet. Le partage d’expériences dans ce type de formation est aussi très enrichissant sur le plan humain. »

évoluer professionnellement

Autre profil, autre projet pour Bryan Pflaum inscrit dans une démarche de validation d’un diplôme d’ingénieur. « Je finalise le cursus d’ingénieur en informatique. Pour valider ce diplôme, j’ai dû effectuer une remise à niveau en anglais orienté business avec test d’évaluation Bulats et 80 heures de formation à CCI Campus financées dans le cadre du CPF. Mon objectif est de faire évoluer ma carrière professionnelle grâce au diplôme d’ingénieur, systématiquement requis pour tous les postes à responsabilités. » 

Passer son permis de conduire

L'obtention du permis de conduire est souvent une condition nécessaire pour réaliser un projet professionnel. Il est désormais possible de le faire financer avec le CPF.

Je participe