Entreprendre, mais comment ? : Créer sa « boîte » ou… dénicher une pépite

Vous avez en vous l’étoffe d’un entrepreneur. Mais comment mettre tous les atouts de votre côté, comment transformer l’aventure entrepreneuriale en business rentable et durable ? Si créer sa « boîte » peut être la consécration d’une idée et d’une ambition, reprendre une entreprise, ses savoir-faire et sa clientèle, c’est vous assurer plus de chances de succès. Explications et témoignages ! 

9 123 emplois salariés sont issus d'une nouvelle entreprise (2018).© Dorothée ParentUn salon pour « créer sa boîte »

Les créateurs et repreneurs d’entreprise ont rendez-vous le 19 novembre de 9 h à
18 h au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg. Le salon « Créer, Reprendre et Développer sa Boîte en Alsace » est un incontournable pour les entrepreneurs : rencontres, partage d’expériences et conseils pour faire décoller leurs projets. Conférences, ateliers et animations thématiques sont également au programme.

 

creer-sa-boite-en-alsace.fr 

 

Entreprendre, mais comment ?

Créer une entreprise... Oui, mais à condition d’avoir une idée et surtout de la faire prospérer. Pour accroître ses chances de réussir et sécuriser son projet, mieux vaut s’entourer des conseils et des coups de pouce de professionnels qui ne manquent pas si l’on y prête attention. « Pour les aider, nous proposons aux créateurs des outils qui ont fait leurs preuves. 85 % des entreprises accompagnées affichent un taux de pérennité supérieur à cinq ans », confirme Véronique Hoelz, directrice Entrepreneuriat et Cession à la CCI. Cela va du coaching en ligne avec le programme CCI Business Builder pour construire un plan d’affaires efficace, au Crash Test pour évaluer, en trois minutes, la pertinence d’un projet et bénéficier de conseils immédiats. Côté financement, plusieurs leviers peuvent être activés pour booster un projet de création ou de reprise. À l’image des prêts d’honneur accordés par les plateformes d’initiative locale (PFIL). « Ces prêts à taux zéro sans garanties facilitent à la fois l’amorce d’un projet et l’accès aux crédits bancaires classiques avec un effet démultiplicateur, complète Guy Tonnelier, président d’Initiative Strasbourg, qui compte parmi les sept PFIL en Alsace. Le montant prêté par la banque peut ainsi être dix fois supérieur au prêt d’honneur initial. Nous proposons aussi le parrainage par un réseau d’entrepreneurs et un suivi sur trois ans du créateur-développeur. »

La loi des « 2 R »

Pour l’entrepreneur, il s’agit, en contrepartie, de convaincre avec un business plan prometteur qui respecte la « loi des 2 R » : faire rêver les uns comme les capital-risqueurs, rassurer les autres, en particulier les banques. Partenaire historique des PME, la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne joue la proximité avec son fameux triptyque : une aide financière à deux pas de chez vous, une expertise disponible et une décision prise au niveau local. « Nous finançons, chaque année, des projets d’investissement pour plus de 1,4 milliard €, assure Laurie Paris, directrice Département Bas-Rhin. Et aujourd’hui, 25 % des professionnels de la région choisissent notre établissement pour leurs projets de reprise d’entreprise, qui peuvent aussi bénéficier de l’appui de nos deux sociétés de cautionnement mutuel - Socama et Soprolib. » Autant de soutiens auxquels s’ajoute un autre professionnel de l’entrepreneuriat : l’expert-comptable. « Il est primordial de valider la viabilité économique d’un projet, rappelle Jean-Noël Frey, président de la Commission entreprises de l’Ordre des experts-comptables d’Alsace. C’est pourquoi, nous apportons nos conseils et notre expérience au créateur pour lui permettre d’y voir plus clair sur le résultat prévisionnel, mais aussi pour élaborer ensemble un prévisionnel de trésorerie qui tienne compte des particularités du projet, de la saisonnalité de l’activité et de sa montée en puissance. » Reprendre une entreprise, c’est l’avantage de partir d’un existant : un environnement et une organisation déjà en place, des compétences et des savoir-faire reconnus, une clientèle constituée. La CCI est en première ligne pour former et conseiller le repreneur : sessions d’information à Strasbourg et à Mulhouse, entretien de diagnostic préalable, conseils juridiques.

« La plateforme Opportunet permet à l’entrepreneur de détecter la pépite »

La CCI est également à l’origine de la plateforme Opportunet. Cette base de données des entreprises à reprendre permet aux entrepreneurs de détecter la pépite qui correspond à leur projet. Le soutien au repreneuriat, la Région Grand Est en a aussi fait une priorité. Son dispositif phare : le Pacte Transmission-Reprise. « La reprise et la transmission d’entreprise sont des enjeux majeurs pour le développement économique et social de nos territoires, explique Jean Rottner, président de la Région Grand Est. C’est pourquoi, avec le Pacte Transmission-Reprise, qui se décline sur la période 2019-2022, la Région Grand Est et ses partenaires - CCI et Chambre de Métiers d'Alsace - proposent une offre de services complète et créent une dynamique de mise en réseau et d’animation des acteurs économiques. Une enveloppe régionale de 3 millions € appuie ce programme novateur. » Qu’ils soient créateurs ou repreneurs, les porteurs de projet disposent d’un vaste dispositif d’accompagnement et de soutien. Accepter de se faire aider : et si c’était cela la clé du succès ?

alsace-eurometropole.cci.fr/creation 
alsace-eurometropole.cci.fr/reprise

Je participe