Un marché unique riche en opportunités : L’Europe aime les entreprises

La feuille de route européenne 2014-2020 a fléché une enveloppe de près de 40 milliards d’€ pour les PME. Sous l’impulsion de la CCI, qui accentue sa présence à Bruxelles, les entreprises alsaciennes montent au créneau pour accéder à ces financements et au marché européen. Au cœur de ce dispositif qui met l’Europe au plus près des petites entreprises, le réseau Enterprise Europe Network (EEN). Enquête.

© Nis & For

Repères

21 MILLIONS

L’Union européenne représente un marché de 500 millions de consommateurs et 21 millions de PME.

3700

Pour la seule région Grand Est, plus de 3 700 entreprises ont eu accès aux financements du programme européen COSME pour la compétitivité des PME. 

L’Europe est utile aux entreprises et le fait savoir. Le site de la Commission européenne met clairement en avant le soutien aux TPE-PME, cibles prioritaires des fonds européens. Car beaucoup de projets sont finançables :démontrer l’efficacité d’une technologie innovante, réaliser une étude de faisabilité, financer un programme de développement, diffuser un procédé industriel. « Seuls comptent la valeur ajoutée européenne des projets, l’impact sur l’emploi, le caractère novateur et la contribution à la compétitivité économique de leur région », indique la Commission.

Le programme COSME 2014-2020 pour la compétitivité des entreprises et des PME est l’un de ses principaux leviers et a notamment pour but de simplifier l’accès des PME au financement avec deux instruments : d’une part, une facilité « garantie de prêts » auprès des intermédiaires financiers et ainsi les aider à augmenter le volume de prêts aux PME, d’autre part, une facilité « capital-investissement » via des fonds d’investissement pour fournir du capital-risque et du capital-développement aux entreprises en phase de croissance et de transmission. Favoriser l’accès aux crédits et aux marchés européens, c’est le rôle d’Enterprise Europe Network (EEN) créé par la Commission et animée en Alsace par les conseillers de CCI International Grand Est.

Entre réseau et appels d’offres

« Le réseau apporte aux PME un appui personnalisé sur la compétitivité de leurs produits et services, sur la manière d’identifier des clients et partenaires commerciaux ou technologiques à l’étranger », décrit Ursula Martin, responsable EEN à la CCI. « Une base de données en ligne permet aux membres d’EEN d’établir des liens entre les demandes et les offres de coopération française et internationale. De plus, nous organisons des rencontres business to business afin que les entreprises optimisent leur présence à des salons professionnels ou des événements d’affaires de dimension internationale. 

Et c’est pour gagner en proximité qu’EEN s’est implanté dans des structures proches des entreprises comme la CCI. » Pour les entreprises, les opportunités se trouvent aussi dans les appels d’offres européens. « Ils se situent à trois niveaux, explique Stéphane Pastor, chef de projet à l’Agence d’Attractivité de l’Alsace. Les appels d’offres émis par les institutions européennes - Parlement, Commission, Agence européenne de défense... - concernent essentiellement les besoins courants et logistiques : nettoyage, fournitures et mobilier de bureau, maintenance, transport, mise en sécurité des bâtiments, informatique.

Ils nécessitent souvent d’intervenir sur plusieurs sites. Des groupements avec d’autres opérateurs européens sont conseillés. Second niveau : les appels d’offres émis par les bénéficiaires de financements européens dans les pays tiers pour réaliser leurs projets. Infrastructures, accès à l’énergie et à l’eau, santé, éducation, environnement : ces marchés sont souvent exécutés hors de l’UE, en Afrique et en Asie notamment. Ils attirent des entreprises du monde entier et sont donc très compétitifs sur les prix.

Enfin, on distingue les appels d’offres émis par les acheteurs publics des 28 États membres et auxquels il faut répondre dans la langue du pays. » Ce sont des marchés qui concernent tous les secteurs d’activité et où la concurrence est essentiellement européenne. Ils sont obligatoirement publiés au Journal officiel de l’Union européenne.

Moins de freins, c’est plus de PIB

Les responsables de la CCI Alsace Eurométropole incitent donc fortement les entreprises régionales à se positionner sur ces marchés mais ils défendent aussi une simplification des procédures et une harmonisation des règles. La collectivité est notamment en première ligne pour encourager la levée des entraves transfrontalières. « Avec nos voisins du Pays de Bade, nous avons élaboré un document de synthèse qui identifie les freins à la collaboration entre nos entreprises, énonce Frank Rotter, directeur de la coopération transfrontalière à la CCI Alsace Eurométropole. Nous avons aujourd’hui deux axes de travail : l’allègement du statut de travailleur détaché et l’effacement des disparités liées aux branches professionnelles. La bonne démarche, c’est expérimenter pour avancer. La reconversion du site nucléaire de Fessenheim nous offre l’occasion de réfléchir à des solutions innovantes à l’échelle franco-allemande avec nos homologues de Fribourg. Moins de freins, c’est plus de PIB pour nos régions.»

Dossier réalisé par Éric Pilarczyk

CCI International Grand Est - EEN Ursula Martin • 03 88 76 42 35 • u.martin@grandest.cci.fr
Direction Coopération Transfrontalière Frank Rotter • 03 88 75 42 21 • f.rotter@alsace.cci.fr