Lalique : l’orfèvre de la cristallerie

Forte de son savoir-faire et de sa diversification, la verrerie Lalique rayonne partout dans le monde. Une fierté pour l’usine de Wingen-sur-Moder/67, aujourd’hui propriété de Silvio Denz.

© Luc Boegli

Créée par René Lalique en 1921, la verrerie de Wingen-sur-Moder a fait un joli bout de chemin pour s’imposer dans l’univers du luxe. Une stratégie payante que l’on attribue dès 2008 à son nouveau propriétaire, Silvio Denz, par ailleurs président du conseil d’administration du groupe suisse Art & Fragrance. Lalique, c’est 230 personnes en Alsace, 85 à Paris où se situent le siège et les équipes communication, marketing et création. Bijoux, pendentifs, broches, vases, flacons…

Le design réalisé à Wingen-sur-Moder

Une dizaine de designers dessinent et sculptent les objets dont la faisabilité de la fabrication sera étudiée avec les responsables de l’usine de Wingen-sur-Moder. « Dans l’absolu, on arrive à tout faire, en créant les outillages nécessaires, ensuite c’est une question de prix », observe Denis Mandry, le directeur du site qui participe, hors parfums, à un chiffre d’affaires de 60,5 M€, dont 80% à l’export. Des partenariats ont été noués avec des marques de luxe de stylos, alcools, etc.

La verrerie Lalique, des filières partout dans le monde

Malgré sa jolie couverture – des filiales à New-York, Singapour, Hong-Kong, Londres, une présence dans 90 pays –, Denis Mandry se veut ouvert à toute prospection dans des pays où la marque est peu ou pas représentée. Pourquoi pas avec la CCI : « toute action est la bienvenue pour hisser les marques vers le haut ». Un objectif partagé par Silvio Denz qui veut encore renforcer l’implantation de la marque dans le monde entier.

Lalique • 5, quartier René Lalique à Wingen-sur-Moder • 09 65 36 70 91 • www.lalique.com

Je participe