Réforme de la formation professionnelle : Y voir plus clair pour décider de son avenir

Après le code du travail, le gouvernement s’attaque à la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle dont les dispositions entreront en vigueur entre 2019 et 2020. Une refonte d’inspiration libérale avec deux mots clés : simplification et responsabilisation. Dans un paysage profondément modifié, notamment en matière d’apprentissage. la CCI dispose de solides atouts pour continuer de répondre aux besoins en compétence des entreprises régionales. Explications et témoignages.

Dossier réalisé par Éric Pilarczyk

© Citeasen.fr / Istock

Marchandisation de la formation et pari hasardeux pour les uns, priorité aux compétences et levée des freins pour les autres: la loi sur «la liberté de choisir son avenir professionnel» suscite toujours le débat. Une chose est sûre: les règles vont changer.

Le compte personnel de formation permettra non plus d’accumuler des heures, mais représentera un budget en euros mobilisable depuis son smartphone. Les programmes seront accessibles via une application: elle devrait permettre de s’inscrire et payer directement un stage, de connaître ses droits acquis, les formations certifiantes dans son bassin d’emploi, de suivre le taux de satisfaction des stagiaires ou d’insertion dans l’emploi.

Rassurer les entreprises

Évolution plus marquée encore dans l’apprentissage accessible jusqu’à 30 ans au lieu de 26. Il ne relèvera plus des seules régions mais aussi des partenaires sociaux via les branches professionnelles. Les Opca seront remplacés par des «Opérateurs de compétences» chargés de financer les centres de formation d’apprentis.

La loi prévoit également la création de l’agence France Compétences qui assurera la gouvernance de la politique emploi-formation en France. Parmi ses missions: la régulation des prix et de la qualité des formations. Enfin, le Conseil en évolution professionnelle (CEP) sera modifié. Un appel à projets va être lancé dans chaque région pour animer ce dispositif censé accompagner toute personne qui le souhaite dans son parcours professionnel. «La CCI développe et renforce son offre de formation certifiante et diplomante pour répondre aux objectifs de la loi», souligne Valérie Sommerlatt, directrice de CCI Campus Alsace.

Les CCI Campus  de Strasbourg, Colmar  et Mulhouse ont accueilli l’an dernier 1 800 étudiants  et 6 000 stagiaires  en formation continue. © Yves Trotzier

Mais il nous faut nous adapter à cette modification de fond, qui concerne le compte personnel de formation et qui établit une relation directe entre le bénéficiaire et l’organisme de formation. Nous allons devoir communiquer plus largement auprès de tous les publics, entreprises, particuliers et demandeurs d’emploi.» Les modifications en matière d’apprentissage (gouvernance transférée des régions vers les branches professionnelles, suppression de l’enregistrement des contrats au profit d’un simple dépôt auprès des opérateurs de compétences) vont nécessiter des ajustements plus profonds.

Mais à la CCI, on veut rester positif. «Nous disposons aujourd’hui de réels savoir-faire pour aider les entreprises à qualifier les contrats d’apprentissage et à mieux recruter des apprentis, insiste Marie-Christine Calleja, directrice apprentissage et orientation à la CCI. La réforme donne aux CCI un rôle de conseil aux entreprises pour l’élaboration des contrats d’apprentissage. Cela les rassure et c’est une garantie pour les jeunes qui s’engagent dans cette filière professionnelle. En Alsace, la CCI assure l’inspection de l’apprentissage. La réforme élargit à toute la France ce dispositif de médiation de droit local. En effet, les inspecteurs se rendent dans les entreprises pour accompagner dans l’accueil des apprentis permettant parfois de désamorcer d’éventuels litiges et de limiter les ruptures de contrats.»

Repères

 

8 000

Les services de la CCI Alsace Eurométropole enregistrent chaque année près de 8000 contrats d’apprentissage.

1 sur 5

En France, un apprenti sur cinq est formé par le réseau des centres de formation CCI.

 

Logique de marché

Outre ces missions historiques, la CCI développe d’autres prestations payantes, comme la rédaction du contrat d’apprentissage à la place de l’entreprise - d’où un gain de temps et de sécurité pour le dirigeant - ou l’appui au recrutement en ligne d’apprentis. «La nouvelle loi fait entrer la formation par apprentissage dans une logique de marché, reprend Marie-Christine Calleja.

À nous de nous adapter à ce nouveau système en valorisant notre expertise pour inciter les entreprises à nous confier l’élaboration des contrats, la loi laissant aux dirigeants le libre choix d’être accompagnés par la CCI. À travers des missions clés que nous revendiquons - rédaction des contrats, orientation, médiation, pré-recrutement - notre ambition reste intacte: faire de l’apprentissage une filière d’excellence offrant aux jeunes le meilleur tremplin pour intégrer l’entreprise et monter en compétence. Car au-delà des règles et des chiffres, c’est un réel état d’esprit qu’il faut changer pour placer l’apprentissage au cœur du système de formation. »

Direction Apprentissage et Orientation
www.ccicampus.frwww.alsace-cci.fr

CCI Campus Tour : formation, ce qui va changer pour les entreprises !

Préparez-vous aux évolutions de la formation et de l’apprentissage, en participant à l’une des neuf rencontres organisées en Alsace.

Le 4 octobre à Strasbourg, le 16 octobre à Mulhouse et le 20 novembre à Colmar de 8h30 à 10h30 Toutes les autres dates de la tournée et inscription (obligatoire) sur : www.ccicampus.fr

CCI Campus Alsace • 03 68 67 20 00 • campus@alsace.cci.fr