France-Allemagne : « des différences, et alors ? »

Marc Lott, créateur d’Actimage, a installé son entreprise des deux côtés du Rhin. Le modèle idéal ?

L’Allemagne, cet eldorado économique, Marc Lott le vit au quotidien. Sa société Actimage, fondée avec Christophe Megel, spécialisée dans les solutions cloud et l’internet des objets, est implantée à Strasbourg et à Kehl, ainsi qu’à Colmar, Paris et Berlin. «Une entreprise multiculturelle de 170 collaborateurs et 12 nationalités», aime à rappeler Marc Lott.

Marc Lott présente un casque de réalité augmentée (AR) pour l'industrie, mis en œuvre avec la plate-forme ActiNote. © Benoît Linder

Mais est-ce si simple d’évoluer des deux côtés de la frontière? «Il faut s’adapter car les systèmes sont parfois très opposés, reconnaît-il. Prenons le droit social. La France a l’art de complexifier les textes, comme le montre l’application des 35 heures, alors que l’Allemagne laisse aux entreprises le pouvoir de décider du volume horaire. Autre différence majeure: la santé. Le système français est très performant mais qui connaît vraiment le coût des cotisations? En Allemagne, le salarié a la maîtrise du choix de sa caisse de santé. Il signe lui-même son contrat et il sait ce que lui coûte réellement sa couverture santé. Au «package santé» français s’oppose la responsabilisation du salarié qui fait son choix en connaissance de cause. Il reste que la complexité administrative n’est pas uniquement l’apanage de la France. En Allemagne, les notes de frais apparaissent sur la feuille de paie. C’est un forfait mais en cas de dépassement, les indemnités sont considérées comme un salaire donc soumises à charge. Tout est transparent mais le traitement devient vraiment complexe lorsqu’il y a beaucoup de déplacements.»

Le fameux Mittelstand

Le soutien aux entreprises retient également l’attention du dirigeant alsacien. «Nos voisins nous ont devancés concernant le soutien aux PME innovantes. Les entreprises de taille intermédiaire - le fameux Mittelstand - sont les véritables piliers de l’économie allemande. Les pouvoirs publics soutiennent cet extraordinaire tissu de PME en multipliant les appels à projets pour dynamiser l’innovation. La France, au contraire, entretient une culture de la grande entreprise. Les champions de l’économie sont avant tout les grands groupes cotés en bourse.

Outre-Rhin, les stars de l’économie sont les entreprises familiales auxquelles s’identifient les Allemands. Nombreuses sont les PME allemandes où le patron vient déjeuner à la cantine et salue ses salariés par leur nom. Or, dans un monde digitalisé, il est important d’avoir des points d’ancrage, ce qui est plus facile à percevoir en Allemagne.» Mais Marc Lott en est convaincu: la France peut redevenir un modèle économique.

«Nous sommes sur la bonne voie. La créativité de nos startups qui savent travailler en réseau, l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants, la performance de nos équipements sont des signaux extrêmement positifs. Les deux pays ont donc d’immenses atouts à faire valoir. L’important pour un chef d’entreprise est de s’inscrire dans un système global stimulé par les différences entre les deux pays.»

Éric Pilarczyk

Actimage
1 rue Saint Léon à Strasbourg 03 90 23 63 63 • info@actimage.com
Hafenstrasse 3 à Kehl • +49 (0)7851 899 730 • info@actimage.de
www.actimage.comActimage