Les entreprises badoises solidement implantées en Alsace

Environ 650 entreprises allemandes sont présentes en Alsace. 50 d’entre elles sont originaires du pays de Bade. Une étude VALORIS Avocats* permet de mieux cerner leur perception de l’attractivité du territoire.

Dans les années 1960-1990, les entreprises badoises choisissaient de s’implanter en Alsace pour des raisons de proximité géographique et culturelle, de disponibilité du foncier, mais surtout parce que les coûts de production y étaient inférieurs. Mais ce n’est plus vrai et, depuis les années 2000, peu d’implantations nouvelles ont été recensées.

Néanmoins, les sites alsaciens, en règle générale, ont été préservés mais ont adopté une nouvelle stratégie industrielle. Ils ne dupliquent plus ceux de leur maison-mère allemande, mais se sont orientés vers la fabrication de produits de qualité étroitement intégrée à la chaîne de production du groupe. Alors si le critère de coût de production n’est plus à l’avantage de l’Alsace, quelles sont les raisons qui incitent les entreprises badoises à maintenir leur présence et même, pour certaines, à se développer ?

Mercedes-Benz a investi 2 millions d'€ dans l’extension de son site de Molsheim. © DR

L’Alsace reste attractive pour les Badois…

L’étude montre que pour 100 % des entreprises interrogées, la compétence linguistique et la proximité culturelle restent des avantages considérables. 100 % estiment que les produits fabriqués de ce côté du Rhin sont de qualité équivalente à ceux manufacturés de l’autre côté du fleuve. Pour 85 % des répondants, la filiale alsacienne constitue une force pour leur groupe. 69 % sont satisfaits de la formation de la main-d’œuvre.

… mais souffre de handicaps

Les chefs d’entreprises badois considèrent que la disponibilité et la formation de la main-d’œuvre en Alsace dépendent fortement de la localisation. 58 % disent avoir du mal à trouver une main-d’œuvre qualifiée. La mobilité est jugée insuffisante et perçue comme un obstacle. Mais les principaux handicaps relevés sont surtout liés à l’environnement juridique, fiscal et social de la France. Ils regrettent la rigidité du droit du travail, le niveau élevé de charges sociales et surtout l’imprévisibilité du cadre juridique.

Des perspectives encourageantes

Sur ces derniers points, trois évolutions déterminantes devraient contribuer à lever ces obstacles :

• L’engagement gouvernemental de réduire la fiscalité des entreprises avec l’objectif à moyen terme de rapprocher la France de l’Allemagne.

• Un assouplissement du droit du travail.

• Une tendance favorable d’évolution des coûts du travail : selon l’étude Coe-Rexecode au 1er trimestre 2017, le coût horaire dans l’industrie manufacturière en France ressort à 38,3 €, en hausse de 0,5 % sur un an, alors qu’il s’établit en Allemagne à 40,7 €, en hausse de 1,5 % sur un an.

Si ces orientations favorables se confirment, l’Alsace augmentera son attractivité pour les entreprises allemandes, grâce à sa proximité géographique, culturelle et à la bonne qualité de sa main-d’œuvre. Preuve de cette nouvelle tendance, la décision récente de Mercedes-Benz d’investir 2 millions d'€ dans l’extension de son site de Molsheim pour transférer une ligne d’assemblage de châssis initialement installée à Wörth. À la clef 50 emplois. Reste à conserver l’avantage linguistique !

P.H.

*étude Valoris Avocats « Rhin supérieur : investissements des entreprises badoises en Alsace »

Valoris Avocats
Luc Julien Saint-Amand, conseiller technique pour les questions franco-allemandes
03 90 41 26 93 • luc.jsa@valoris-avocats.com

 

Implantation des entreprises badoises par secteur d’activité

Distribution : 38% Services : 20% Production : 38% Autres : 4%