pub

La Terrine, le traiteur qui régale Molsheim

Après une reprise difficile par Pascal Meylaender, le traiteur La Terrine à Molsheim se fait une place grâce à une carte de qualité, plus large et accessible aux particuliers comme aux professionnels.

L’accompagnement de la CCI

« Cela m’a ouvert les yeux sur des détails, que je n’avais pas identifiés mais avec un impact réel sur mon activité. La masse de travail est tellement importante lors d’une reprise que ces mises au point régulières sont indispensables. »

Service création, cession, transmission • 03 88 75 24 82 • jeunesentreprises@strasbourg.cci.fr

 

Au cœur de Molsheim, dans une ruelle pavée à quelques pas de la mairie, se niche La Terrine. Sa vitrine déborde de salades, pâtés en croûte, lapin à l’estragon, plateaux de canapés et autres plats à emporter.

Pascal Meylaender, le repreneur de ce traiteur implanté depuis plus de 20 ans, nous ouvre sa porte avec le téléphone à l’oreille. « Nous avons beaucoup de commandes. En un an, nous sommes passés de la confection de 40 repas par jour à 90 », explique-t-il avec un sourire d’excuse.

La Terrine, traiteur des particuliers et des entreprises

La raison de cette hausse d’activité : l’élargissement de sa clientèle. À savoir une moitié de particuliers pour des événements, le déjeuner ou l’achat d’ingrédients pour cuisiner. Et une autre moitié de professionnels, pour des événements également, les cantines d’entreprises ou des prestations de services pour des hôtels qui ne possèdent pas de restaurant par exemple.

« Les habitués de l’ancien propriétaire ont été assez ouverts à ma cuisine, inventive et selon mon feeling du moment ». Si les trois salariés de La Terrine travaillent bien actuellement, les débuts ont été plus compliqués.

Pascal Meylaender, le repreneur du traiteur La Terrine implanté à Molsheim, cuisine pour les particuliers et les entreprises © Jean-François Badias

Le parcours de Pascal Meylaender

Après un CAP, un brevet professionnel et 10 ans d’expérience chez un traiteur local, Pascal Meylaender apprend le départ à la retraite des anciens propriétaires de La Terrine. Il rachète le local en mars 2014.
« Lors d’une reprise, il existe trois sources de difficultés : les démarches administratives, le personnel et le matériel. J’ai tout cumulé ! »

Le montant de son investissement grimpe à 180 000€. Pour compenser, il adhère à la marque Alsace
(« nous cuisinons avec 90% de produits frais »), développe des partenariats avec les entreprises, élargit sa gamme, adapte sa carte aux demandes… et ne compte pas ses heures. « En devenant chef d’entreprise, je voulais me faire plaisir dans mon métier », nuance ce père de deux petites filles, avant de retourner à la préparation d’un mariage italiano-­alsacien.

L. D.    

La Terrine • 3B, rue Liebermann à Molsheim • 03 88 38 46 26 • www.traiteur-la-terrine.fr

03/09/2015Partager