Trajectoires

SCHÖCK : Au cœur du Grand Paris Express

La société allemande Schöck est spécialisée dans les solutions pour supprimer les ponts thermiques. Elle dispose également d’un savoir-faire dans les tunnels. Sa filiale française basée à entzheim/67 vient de livrer un procédé innovant pour l’un des ouvrages du Grand Paris Express.

Des armatures en fibre de verre ont permis la réalisation des parois moulées en béton d’un tunnel. © DR

Le Grand Paris Express comprend la prolongation de deux lignes de métro et la création de quatre nouvelles en rocades autour de la capitale. C’est le plus grand projet européen d’infrastructure en cours. Parmi les nombreux chantiers lancés, celui de la gare souterraine du Fort d’Issy-Vanves-Clamart nécessite le percement d’un tunnel à 40 mètres de profondeur.

Ce sont les armatures Schöck en fibre de verre qui ont été choisies pour la réalisation de 340 mètres linéaires de parois moulées en béton. « Notre procédé est beaucoup plus performant que l’acier utilisé habituellement pour ce type de travaux car la fibre de verre est deux fois plus résistante à la traction que le métal. En outre, les armatures pourront être percées par le tunnelier sans l’endommager », explique Raphaël Kieffer, directeur général de Schöck France.

Des solutions techniques adaptées au marché français

C’est lui qui a activé, à son domicile en 2005, la filiale française de ce groupe familial basé à Baden-Baden et présent dans 31 pays. Aujourd’hui, la société en plein développement emploie 30 salariés, dont 10 ingénieurs, et réalise un chiffre d’affaires annuel de 13,5 millions d’€, ce qui en fait la première filiale étrangère.

« Nos débuts ont été difficiles car nos procédés n’étaient pas compatibles avec les habitudes françaises de construction. Mais nous nous sommes adaptés et avons développé des solutions spécifiques au marché français dans le domaine de l’isolation thermique, avec des performances largement supérieures à la réglementation thermique 2012 », souligne Raphaël Kieffer.

Les vertus de l’apprentissage

Comme beaucoup de sociétés d’origine allemande, Schöck France mise sur l’apprentissage pour le recrutement de ses salariés. « Nous confions à nos apprentis-ingénieurs de vrais projets et leur accordons beaucoup d’autonomie. Résultat, l’un d’entre eux a réussi à développer un procédé qui génère 800000 € de chiffre d’affaires.

D’autres ont été repérés pour travailler en recherche et développement au siège », se félicite le directeur général. Le succès de leur filiale française ne doit pas faire regretter aux dirigeants du groupe d’avoir choisi d’installer leur siège en Alsace, alors qu’ils envisageaient à l’origine de l’établir en région parisienne. C’est bien sûr l’Alsacien Raphaël Kieffer qui les a convaincus : « Je leur ai juste expliqué qu’ils auraient du mal à trouver des salariés germanophones dans la capitale française! »

P.H.

Schöck France 3 rue Icare à Entzheim
03 88 20 92 28 • www.schoeck.fr