pub

Maximilien  : Une étoile au cœur du vignoble

Zellenberg/68

Depuis 30 ans, le très discret Jean-Michel Eblin et son épouse Anne accueillent les amoureux d’une cuisine mêlant harmonieusement tradition et innovation dans leur charmante villa fleurie perchée sur la colline de Zellenberg. 

Des tables espacées bien avant les règles sanitaires © Jean-François BadiasD’abord, il y a la vue panoramique ! À peine le pied posé sur la terrasse, le regard est aimanté par ce paysage de carte postale. Au premier plan, un océan de vignes, plus loin le village de Riquewihr et au loin les Vosges. Puis, vient le moment de se sustenter. Pour cela on peut faire confiance au chef qui a été à bonne école : Aux Armes de France à Ammerschwihr, l’Auberge de l’Ill, Stucki à Bâle, puis Le Taillevent et Faugeron, deux temples de la gastronomie parisienne ! Mais nostalgique de sa région, Jean-Michel Eblin revient en Alsace en 1985 pour prendre les fourneaux du Valet de Cœur à Thanvillé ! Bien nommé puisqu’il y rencontre sa femme ! Le Guide Michelin le distingue rapidement d’une étoile. Cinq ans plus tard, il revient dans son village natal de Zellenberg pour y ouvrir le Maximilien à la lisière du domaine viticole familial. À partir de produits de saison, le chef élabore une cuisine personnelle, associant le terroir alsacien à quelques audaces inspirées de ses expériences parisiennes. Une créativité qui lui vaut de reconquérir son étoile.

Foie gras de canard poêlé, rhubarbe  confite et crue, fraise

Viande et crustacés

« J’aime bien associer les crustacés à la viande et cela plaît beaucoup à nos clients. Ma poitrine de pigeon rôtie est servie avec du homard et mes ris de veau avec des écrevisses », explique Jean-Michel Eblin. Autres grands classiques de la maison, les jambonnettes de grenouilles en tempura servies avec des escargots au pesto et le millefeuille de munster sur julienne de céleri branche. En dessert, le moelleux coulant au chocolat reste une valeur sûre appréciée des habitués de la région qui constituent 80 % de la clientèle. La carte des vins propose 500 références, faisant la part belle au vignoble alsacien y compris celui de la famille. « Nous proposons aussi de très bons Côtes-du-Rhône qui sont de plus en plus appréciés », observe-t-il. Comme l’écrivent les inspecteurs du fameux guide rouge : « Tous les ingrédients sont réunis pour passer un très bon moment. »

Pouvoir à nouveau sourire !

Si la fermeture due au confinement a été un choc comme pour tous les restaurants, le couple en a profité pour se ressourcer en famille et effectuer quelques travaux de rafraîchissement à l’intérieur comme à l’extérieur. Mais pendant la semaine précédant la réouverture, les habitués des lieux se sont précipités au téléphone. « Alors que nous ne prenions les appels que de 10 h 00 à  12 h 00, nous avons rempli le restaurant jusqu’à la fin juin », s’étonne Jean-Michel Eblin. Dans sa salle à manger, pas besoin d’espacer les tables pour appliquer le protocole sanitaire, car elles étaient déjà à des distances respectables bien avant la crise. Le port du masque est bien entendu de rigueur pour le personnel. « J’espère que cela ne se prolongera pas trop longtemps car c’est désolant de ne pas pouvoir accueillir nos clients avec un sourire. C’est pourtant l’essence même de notre métier », regrette celui qui met un point d’honneur à recevoir personnellement ses clients sur le pas de la porte. Personne ne le contredira sur ce point ! >  P.H.

Maximilien
19a route d'Ostheim à Zellenberg
03 89 47 99 69
le-maximilien.com
 @restaurantmaximilien

Je participe