Trajectoires

Myfood : Des serres connectées pour produire chez soi

Mickaël Gandecki, Johan NazarAly et Matthieu Urban ont quitté leurs postes dans la finance, la banque et l’industrie pour fonder, à Molsheim/67, une startup qui ambitionne tout simplement de révolutionner notre alimentation.

Finalement si la meilleure solution pour se nourrir sainement c’était de produire soi-même à domicile? C’est l’idée de ce trio de trentenaires qui propose aux particuliers d’installer, dans leur jardin ou même sur leur terrasse, une serre solaire connectée et tout ce qui est nécessaire pour produire, toute l’année, des salades, épinards, choux, carottes, tomates ou autres herbes aromatiques.

Résultat, des produits ultra-frais beaucoup plus riches en fibres, en minéraux et en vitamines que ceux achetés en supermarchés. Deux techniques de culture sans additifs chimiques et à base de semences sans OGM sont mises en œuvre. La première est la permaculture qui consiste à reproduire un écosystème riche comme on peut le trouver en forêt. La seconde est l’aquaponie verticale, une méthode inventée par les Aztèques pour faire pousser des végétaux en les alimentant par des déjections de poissons. Grâce à un circuit fermé hors sol, l’eau purifiée est restituée aux truites ou carpes en fonction des saisons.

Une heure et demie par semaine suffit pour s’occuper d’une serre de 22 m².  © Dorothée Parent

Ne garder que le côté plaisir de la culture

« Ce sont des techniques simples à la portée de tous avec de bons rendements. Une heure et demie par semaine maximum est suffisante pour s’occuper sans effort d’une serre de 22 m² et nourrir une famille de quatre personnes.

L’idée est de ne garder que le côté plaisir de la culture », explique Mickaël Gandecki. Une appli permet de gérer à distance les paramètres principaux : température, comportement des plantes, dureté de l’eau et d’être alerté en cas d’anomalie. Déjà 70 serres ont été installées en Europe par des « pionniers » qui forment une communauté très active dans sept pays. Ils partagent leur expérience sur une plate-forme en ligne et s’échangent les bons tuyaux. Certains deviennent des « ambassadeurs » pour développer le réseau.

Viser le marché mondial

Prochaine étape, l’industrialisation du procédé avec également l’intervention de designers produits pour rendre la serre plus esthétique et pour en faire aussi une pièce à vivre. La startup, qui a levé 1 million d’€ auprès de fonds régionaux (dont les Alsace Business Angels) et emploie huit personnes, espère vendre 200 serres en 2018.

Alors que le lancement commercial officiel n’est prévu qu’au cours de l’année, des demandes arrivent déjà du Canada et des États-Unis. « Nous visons d’emblée le marché mondial et même au-delà », s’enthousiasme le jeune entrepreneur qui n’exclut pas de livrer un jour une de ses serres sur la planète Mars!

P.H.

Myfood
43 route Ecospace – Parc d’Activité Ecoparc à Molsheim
03 67 37 00 56 • contact@myfood.euwww.myfood.eu
@myfoodeu