pub

OREST GROUP : Le seigneur des anneaux

Erstein/67

« Mes précieux ! » se serait extasié Gollum du « Seigneur des Anneaux » en découvrant les alliances fabriquées par Orest Group. À raison, puisque le premier alliancier de France en coule 200 000 par an alors que 215 000 mariages sont célébrés dans l’Hexagone. Il est aussi l’un des principaux sous-traitants de tous les grands groupes de luxe de Suisse ou de la place Vendôme.

Orest est à la fois une entreprise industrielle et artisanale, capable de produire aussi bien de très grandes séries que de toutes petites. © Dorothée ParentDepuis 1963, l’atelier d’Orest est l’écrin de 200 000 alliances qui y sont produites, chaque année, pour des bijouteries, la grande distribution et des magasins spécialisés comme Histoire d’Or ou Julien d’Orcel. Le groupe détient 50 % des parts du marché français de la bague de mariage. Tous les grands groupes de luxe lui sous-traitent une partie de leur fabrication (80 % de son activité). « Les maisons de luxe n’ont pas toutes leurs propres ateliers. Elles s’appuient alors sur un réseau de sous-traitants français, italiens et suisses, dont nous faisons partie, pour réaliser leurs collections access (jusqu’à 10 000 € l'unité en prix boutique) et leur moyenne joaillerie (pièces répétitives sous forme de petites séries annuelles allant jusqu’à 150 000 € l'unité) », précise Denis De Becker, président directeur général.

Des produits iconiques

Un peu comme dans la maroquinerie, les marques ont toutes développé des produits iconiques, signes d’appartenance ou de réussite pour une clientèle émergente, déclinés en bijoux de doigt, bracelets, pendentifs ou boucles d’oreilles. « Le savoir-faire français est reconnu et leur apporte une vraie valeur ajoutée. Le maillage d’écoles de joaillerie, dont nous disposons dans l’Hexagone, constitue une filière d’excellence pour répondre aux critères d’exigence des donneurs d’ordres qui vendent des produits d’exception, ne pouvant souffrir aucune imperfection, destinés à des personnes exceptionnelles », poursuit-il. Cette exigence de perfection se traduit par l’« accompagnement du geste » dans les ateliers. Orest emploie, chaque année, une dizaine d’apprentis bijoutiers encadrés par cinq à six maîtres d’apprentissage
sur 354 salariés.

Effort de diversification

Le sertissage de diamants et de pierres précieuses requiert une telle précision, qu’il nécessite l’utilisation d’une loupe binoculaire, tandis que chaque pièce est passée au peigne fin dans un laboratoire qualité avant sa mise sur le marché. À l’instar des grands crus, chacune d’entre elles est contrôlée, certifiée et numérotée. Auparavant essentiellement spécialisée dans l’usinage, Orest a consenti un effort de diversification, il y a sept ans, en réintégrant tous les métiers d’art à sa chaîne de production. Ce qui lui a permis de conquérir de nouveaux marchés avec un taux de croissance de 12 % par an sur le créneau des marques de luxe. Labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant et certifiée Responsible Jewellery Council et Chain of Custody, l’or, les diamants et les pierres précieuses qu’elle utilise sont issues de filières propres et éthiques, une garantie de traçabilité pour ses clients finaux. Les 400 m² d’atelier supplémentaires en cours de construction devraient asseoir le règne du « seigneur des anneaux ». > Dorothée Keller

Orest Group
28 rue de l’Expansion à Erstein 
03 88 59 88 00
orest.fr
 
OREST GROUP

Je participe