Firalis à Huningue : biomarqueurs pour la médecine du futur

Installé en Alsace, à Huningue entre la Suisse et l’Allemagne, le groupe Firalis est une véritable pépite des biotechnologies. Crée en 2008, il devient rapidement une référence internationale dans le domaine des biomarqueurs de l’insuffisance cardiaque, la polyarthrite rhumatoïde et la maladie d’Alzheimer.

© Émilie Jafrate

De son bureau, le professeur Hüseyin Firat, fondateur de Firalis, a une vue privilégiée sur le Rhin et le cluster de l’industrie pharmaceutique bâloise. L’entreprise compte près de 70 salariés au total répartis entre l’Alsace et la région parisienne avec ses deux filiales MabSolys et Profilomic. C’est dans des laboratoires accrédités que l’entreprise développe ce que l’on appelle des biomarqueurs. « Ce sont des paramètres mesurables dans le sang et le corps qui reflètent un processus biologique normal ou pathologique», explique le dirigeant. « Ils permettent aussi de détecter les effets secondaires provoqués par certains médicaments ou, à l’inverse, de mesurer l’efficacité d’un traitement sur le patient.»

L’insuffisance cardiaque, son cheval de bataille

Dès sa création, Firalis s’est orientée vers la problématique de l’insuffisance cardiaque. « Il y a quelques décennies, près d’un tiers des patients atteints d’une crise cardiaque décédaient», explique le professeur. Alors qu’aujourd’hui, 98 % des patients survivent. Malgré une bonne prise en charge de la phase aigüe de l’infarctus du myocarde, nous savons qu’environ 30 % de ces patients développeront une insuffisance cardiaque associée à une mortalité très élevée dans les cinq ans à venir. Nous souhaitons développer un test biomarqueur pour identifier ces patients à risque et prévenir de telles complications par une meilleure prise en charge et un meilleur suivi. » Dans cet objectif, une étude clinique sur 600 patients est en cours, en collaboration avec le Herzzentrum Bad Krozingen en Allemagne.

Huit millions d’€ de subventions pour Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui touche actuellement plus de 35 millions de personnes dans le monde. « C’est une préoccupation majeure de santé publique à l’échelle mondiale », ajoute Hüseyin Firat. « A l’heure actuelle, le diagnostic de certitude n’est pas disponible, car il reste aléatoire et est basé sur une batterie de tests neuropsychologiques, de neuroimagerie ou encore sur un test invasif impliquant une ponction lombaire ; le tout étant pratiqué sur une durée d’au moins neuf mois. Il y a donc un besoin urgent de tests de diagnostic simple, rapide et non-invasif. »Huit millions d’€ de subventions ont été alloués à Amoneta Diagnostics, une filiale de Firalis, pour développer un test sanguin innovant, en cours de validation dans plusieurs hôpitaux universitaires européens. É.J.

Firalis • 35, rue du Fort à Huningue • 09 77 78 72 85 contact@firalis.com • www.firalis.com

Amoneta Diagnostics • 17, rue du Fort à Huningue • +33 (0)3 89 91 13 20 • info@amoneta-diagnostics.comwww.amoneta-diagnostics.com

10/05/2016Partager