pub

Pia Imbs  : Présidente de l’Eurométropole de Strasbourg

« Répondre à l’urgence, tout en préparant l’avenir »

Bio express
→ Docteure en sciences économiques, maître de conférences en sciences de gestion et responsable de la Chaire Développement Durable et RSE et du Master Gestion des ressources humaines à l’EM Strasbourg

→ Doyenne de la faculté de sciences économiques d’Amiens

→ Directrice de l’IAE de Strasbourg

→ Directrice déléguée de l’École de Management
de Strasbourg

→ Maire de Holtzheim depuis 2014

Pia Imbs Présidente de l’Eurométropole de Strasbourg © Jérôme Dorkel

Le développement économique et écologie sont-ils compatibles ?

L’économie et l’écologie sont régulièrement opposées, ma conviction est que les deux sont compatibles et porteuses de richesses. Le projet que je porte vise à répondre aux urgences climatiques, sociales et démocratiques que nous avons déclinées en feuille de route. Les entreprises ne sont pas toutes énergivores et l’écologie est porteuse d’activités économiques. Nous voulons renforcer la performance énergétique des bâtiments et accélérer la transition, en termes de chauffage et de mobilité, vers des énergies décarbonées. Cela sera directement générateur d’activités en développant le marché de la rénovation thermique des bâtiments, des énergies renouvelables et des mobilités alternatives. Nous souhaitons aussi développer d’autres secteurs qui répondent aux objectifs de notre Plan Climat :
l’économie circulaire, l’agriculture et l’alimentation de qualité, la formation et le développement de nouveaux métiers, la végétalisation de l’espace public… Ce sont autant de secteurs d’activités générateurs d’emplois.
Un des enseignements, que je tire de cette crise, est que les territoires qui seront à la pointe dans les années futures seront les mieux préparés aux conséquences du changement climatique.


Vous arrivez à la présidence de l’Eurométropole au cœur de la crise économique. Que propose la collectivité pour aider les TPE/PME à franchir ce cap ?

Ce qui est terrible pour les dirigeants, c’est de renoncer à un projet de vie alors que leur entreprise était florissante. Je suis convaincue que les entreprises veulent d’abord travailler, avant de recevoir des aides. Je veille au maximum à maintenir les marchés liés à la commande publique. Nous agissons aussi à travers le fonds régional Résistance et le plan Marshall départemental qui nous a permis de verser des aides directes aux TPE/PME, ou encore sur les loyers des entreprises. Il convient aussi de renforcer la capacité des commerçants à être présents en ligne avec le dispositif Beecome.
Nous devons répondre à l’urgence, tout en préparant l’avenir car cette crise va accélérer des changements structurels qui modèleront l’économie de demain et par conséquent notre société.


Les circuits courts sont de plus en plus plébiscités. Comment l’Eurométropole peut-elle les encourager ?

Nous avons la chance de vivre dans un territoire qui dispose déjà d’une offre intéressante en circuits courts. Aujourd’hui 231 producteurs du département, dont 53 de l’Eurométropole, alimentent 176 points de vente sur l’Eurométropole ! Nous souhaitons renforcer plus encore cette offre car elle répond à un triple enjeu : alimentaire, économique et climatique. Nous devons notamment parfaire le maillage des points de distribution, la montée en puissance de la vente en ligne et accompagner les projets collectifs comme l’agro-parc de la zone commerciale nord ou le magasin de la Manufacture des tabacs.


L’Eurométropole prévoit-elle d’inclure des clauses « coût carbone » dans ses appels d’offres ?

75 % des marchés de l’Eurométropole comportent déjà une clause environnementale. Le « coût carbone » doit être utilisé avec discernement, dans le respect de l’égalité de traitement des candidats et de leur liberté d’accès à notre commande publique. Des dispositifs tels que le découpage des marchés en lots ou des actions de marketing achat se montrent bien plus efficaces que l’utilisation du coût carbone pour faciliter l’accès des entreprises locales à notre commande publique.

 > Propos recueillis par Patrick Heulin

strasbourg.eu
@strasbourg.eu
@strasbourg
strasbourg_eurometropole
Ville et Eurométropole de Strasbourg

11/01/2021Partager