L'économie circulaire, c'est maintenant ! : Déchets : n’en jetez plus !

Faire des économies et tendre vers le zéro carbone : encouragées par le plan de relance, soutenues par la CCI, l’Agence de la transition écologique (ADEME) et la Région Grand Est, les entreprises mettent le cap sur un nouveau modèle de production, celui de l’économie circulaire. Réduire, réutiliser, recycler : voilà le triptyque vertueux de la transition écologique des entreprises de plus en plus soucieuses, par ailleurs, de privilégier les approvisionnements de proximité et les circuits courts. Enquête et témoignages.

Avec son procédé Sopraloop, la société strasbourgeoise Soprema donne une nouvelle vie aux emballages plastiques,  en les transformant en mousses isolantes pour le bâtiment. - Bartosch Salmanski - 128db

C’est un levier de compétitivité que beaucoup d’entreprises ignorent. Et pourtant, en s’engageant dans l’économie circulaire, elles ont vraiment tout à gagner. Ce modèle économique fondé sur la consommation durable, la réutilisation et le recyclage des produits signe un changement de paradigme, en rupture avec l’économie linéaire qui consiste à extraire, fabriquer, consommer et jeter. Objectif : économiser les ressources
de la planète en limitant les gaspillages - matières premières, eau, énergie - et la production de déchets. Pour les entreprises, le défi est de transformer cette évolution en opportunité de développement par la création de produits, services et modèles d’affaires innovants. Cette optimisation des ressources peut prendre diverses formes comme le recyclage, le reconditionnement, la récupération d’énergie, la méthanisation et le compostage. Les produits sont ainsi appréhendés en tant que flux de matière et d’énergie qui sont réinjectés dans des boucles vertueuses successives. Ni pertes, ni gaspillages : ce qui peut être considéré comme un déchet dans l’économie linéaire peut connaître encore plusieurs vies dans l’économie circulaire. De nouvelles formes de consommation découlent aussi de cette logique plus responsable qui préfère revendre ou donner que jeter, partager plutôt qu’acheter. L’économie circulaire incite également à la coopération entre les acteurs sur les territoires. Fabriquer en synergie avec le tissu industriel local - les déchets des uns sont les ressources des autres -, privilégier les fournisseurs de proximité et favoriser ainsi le maintien, voire la création d’emplois non délocalisables : le modèle est source de valeur économique et sociétale. Le Groupement des Usagers des Ports de Strasbourg (GUP), avec le soutien de l'Eurométropole, du Port Autonome de Strasbourg et du réseau Climaxion, porte la démarche Coopérations Locales et Environnementales en Synergies (CLES) qui amène les entreprises à faire évoluer leur manière de s’approvisionner ou de traiter leurs déchets. Un réseau local animé par Initiatives Durables, avec des actions et des résultats concrets : 26 entreprises adhérentes à ce jour,
12 synergies mises en œuvre, 220 000 € d’économies par an et près de 3 500 tonnes de carbone évitées chaque année.


Tout un arsenal financier et incitatif

Profitant de la dynamique des plans de relance national et européen, la région met le turbo pour accélérer la transition écologique des entreprises et leur engagement dans l’économie circulaire. L’Agence de la transition écologique (ADEME), en partenariat avec la CCI et la Région Grand Est dans le cadre du programme Climaxion, renforce aujourd’hui son arsenal financier. « Nous accordons des aides sous forme de subventions, de participations au capital ou d’avances remboursées, détaille Émilie Albisser, chargée de mission économie circulaire ADEME Grand Est. Le champ d’éligibilité est vaste entre transition énergétique, économie circulaire et réindustrialisation bas- carbone. Le plan de relance vient doper nos dispositifs au profit des entreprises. Le Fonds Économie Circulaire est plus que doublé et mobilise 500 millions €.

L’économie circulaire fondée sur la consommation durable et le recyclage des produits signe un changement de paradigme en rupture avec l’économie linéaire qui consiste à extraire, fabriquer, consommer et jeter. © ADEME

 "Les déchets des uns sont les ressources des autres "

Les aides peuvent couvrir jusqu'à 70 % du coût d’une étude visant une meilleure gestion des déchets, 30 à 60 % si l’investissement est lié à la prévention des déchets et jusqu’à 60 % pour un investissement en faveur de la valorisation matière et énergie des propres déchets de l’entreprise. Nous nous engageons aussi sur une technique très prometteuse : la récupération de la chaleur fatale. Lors du fonctionnement d’un procédé de production ou de transformation, l’énergie thermique produite n’est pas utilisée en totalité. Elle est inévitablement rejetée. D’où le terme de chaleur fatale. Cette énergie récupérée peut être valorisée par l’entreprise en interne pour répondre à ses besoins de chaleur ou en externe pour alimenter d’autres entreprises ou plus largement le réseau de chaleur d’un territoire. La Région Grand Est est l’un des plus gros gisements de France. »  La PME strasbourgeoise EcoGreenEnergy en a fait son métier. « Notre approche est d’inciter les entreprises à réduire leur empreinte carbone en recyclant leur chaleur fatale afin de chauffer et renouveler l’air gratuitement et sans consommation d’énergie fossile, résume Amandine Aubert, directrice de la société, qui constate une prise de conscience chez les industriels autour des stratégies de neutralité carbone. Les entreprises peuvent ainsi gagner  sur trois tableaux : réaliser des économies, capitaliser sur la valeur fiscale de la tonne carbone et réduire leurs émissions polluantes. » Aux côtés de l’ADEME et de la Région Grand Est, la CCI développe ses missions de conseil et d’information. Elle apporte un accompagnement technique et propose des parcours entreprises dans le cadre du programme Nouvelle Économie Efficace en carbone (Noée). Un programme à double volet : « J’achète des produits et services bas-carbone » côté pile, « Je vends des produits et services bas-carbone » côté face. « Nous facilitons aussi les échanges à travers des webinaires sur des sujets clés comme les achats durables et l'écoconception, assure Ronan Sebilo, conseiller d’entreprises à la CCI.
La clé du succès pour les entreprises est d’avoir de bons partenaires. Or, ce qui caractérise notre région, c’est précisément la conjonction de tous les acteurs engagés dans la transition écologique et la présence d’un écosystème spécifique autour de l’efficacité énergétique et de l’économie circulaire. » > Éric Pilarczyk

Webinaire écoconception
4 facteurs-clés de succès pour réussir l’écoconception de ses produits
et services. 26 mars 9 h 00 - 10 h 00
attendee.gotowebinar.com/register/8319711329186139920

Webinaire achats durables
Achetez durablement vos emballages. 22 avril 10 h 00 - 11 h 30
attendee.gotowebinar.com/register/8378117386854053904

Je participe