pub

Jemming Pharma Consulting : Ces odeurs qui nous soignent

Du laboratoire au cabinet : Chloé Jemming trace sa route entre son activité de consultante en recherche clinique et le conseil en olfactothérapie.

 

© Jean-François Badias

Comment évaluer l’efficacité d’un médicament sur l’homme ? Quels peuvent être les effets secondaires ? Quelle est la valeur ajoutée du produit par rapport à ce qui existe déjà sur le marché ? Autant de questions qui se posent dans le cadre d’un protocole de recherche clinique. Chloé Jemming en a fait son métier et travaille à son compte pour faire avancer la mise au point de nouveaux médicaments. « J’accompagne les laboratoires pharmaceutiques dans la mise en œuvre des protocoles de recherche clinique, présente Chloé Jemming. Il s’agit notamment de collecter les données des patients dans les hôpitaux, de vérifier l’exactitude et la fiabilité des informations recueillies, mais aussi de former les équipes médicales à l’application du protocole et aux outils de collecte des données. » Un travail extrêmement rigoureux de coordination entre le laboratoire, le personnel hospitalier et les prestataires chargés de concevoir et mettre en œuvre l’essai clinique. Mais en lançant son entreprise en mai 2016, Chloé Jemming avait aussi d’autres ambitions.

Thérapies par les odeurs

« Cela fait longtemps que je crois aux odeurs et à leurs vertus. Une méthode inventée en 1992 par Gilles Fournil qui se fonde sur la capacité des odeurs à éveiller la mémoire, provoquer des émotions et lever des blocages. La thérapie peut se révéler très efficace et induit un état de résonance. Le travail en cabinet consiste à faire des liens entre les sensations physiques créées par les odeurs et les difficultés évoquées par le patient dans sa vie présente. Si le corps réagit, c’est qu’il y a un traumatisme derrière. Si les sensations n’évoquent rien, nous abandonnons la piste. C’est cela qui est formidable : nous pouvons dépasser les blessures, les blocages et les difficultés du passé, mais également identifier nos forces et nos ressources. » Les applications de cette méthode, encore insuffisamment explorées, sont multiples. « L’olfactothérapie permet aussi de traiter les troubles de l’odorat liés à une chimiothérapie ou des troubles de la conscience consécutifs à un coma par exemple. Elle peut également faire resurgir les émotions du passé pour pouvoir mieux les verbaliser et communiquer avec son entourage. C’est là un axe important de mon travail que je souhaite développer auprès de personnes âgées dans les maisons de retraite. » é.P.

Jemming Pharma Consulting • 8, avenue Dante à Strasbourg • 06 63 15 86 72 • chloe@jemming.fr

14/11/2016Partager