Trajectoires

Du chocolat pour restaurer la cathédrale

10 % du prix de la tablette de chocolat ira à l’Œuvre Notre Dame.Très attachés à Strasbourg et à son patrimoine, Aurélie Kautzmann et son frère Julien viennent de lancer une opération de produit de partage : une partie du prix de vente de leur nouvelle tablette de chocolat sera reversée à l’Œuvre Notre Dame (OED). « Face à l’uniformisation de l’offre en pâtisserie, nous mettons un point d’honneur à nous différencier et à nous renouveler régulièrement. Chez nous, 99 % de ce que nous vendons est fait maison, et je crée moi-même les moules pour le chocolat », affirme Julien. « Nous sommes fiers de fabriquer des produits qui nous ressemblent », ajoute Aurélie, visiblement aussi passionnée par son métier que son frère. La pâtisserie salon de thé de la rue du Noyer, fondée par leurs parents en 1975, a disparu dans la restructuration de l’îlot Printemps en 2012.

Par chance, un emplacement sur deux étages se libère deux ans plus tard juste sur le trottoir d’en face. L’occasion pour le frère et la sœur de reprendre l’entreprise familiale et d’ouvrir leur salon de thé dans un cadre lumineux au décor contemporain. « Entre-temps j’ai effectué un tour de France des pâtisseries pour voir et surtout goûter à ce qui se faisait de mieux », poursuit Julien qui tient à acheter lui-même les produits qu’il utilise pour ses gâteaux et entremets. « Les mirabelles, je les cueille dans les arbres du verger de mes beaux-parents, les fraises et framboises je les achète chez un petit producteur près de chez moi. Donc pas de tartes aux fraises en dehors de la saison », insiste le jeune pâtissier pour qui les rapports humains avec ses fournisseurs demeurent essentiels. En discutant avec Éric Fischer, directeur de l’OED, il a l’idée de reproduire sur une tablette de chocolat (35 % lait, 61 % noir) un bas-relief créé par un tailleur de pierre présentant une vue des toits de Strasbourg, d’où émerge la cathédrale. Une convention est ainsi signée avec l’OED stipulant que 10 % du prix de vente servira à financer les travaux de restauration du sanctuaire emblématique de la ville. Pour lancer l’opération de mécénat, Julien a fabriqué une maquette de la cathédrale en chocolat noir exposée dans sa vitrine. Une centaine d’heures de travail a été nécessaire pour réaliser cette véritable œuvre d’art. Alors si vous voulez apporter votre pierre à l’édifice, mangez du chocolat! P.H.

Pâtisserie-Chocolaterie Kautzmann
2 rue du Noyer à Strasbourg
03 88 36 58 58 www.patisseriekautzmann.com @patisseriekautzmann