Protip  : «Il est possible de cumuler les aides»

Spécialisée dans le développement de dispositifs médicaux, Protip n’hésite pas à investir en temps et dans le management pour faire appel aux financements européens.

© Dorothée Parent

A l'occasion de plus d'un an de présence sur le web, l'équipe du Point Eco Alsace a souhaité remettre en avant des rencontres et reportages qui nous ont marqués en 2014. Aujourd'hui, Françoise Herrmann parle de TroTip : « La thématique des appels d’offres européens, pas franchement sexy au départ. Mais ce qui est fantastique c’est qu’on arrive à faire d’un sujet a priori rébarbatif une source d’enrichissement. Dans ce cas précis, en rencontrant Maurice Béranger, qui est à la tête d’une équipe de 15 personnes, j’ai découvert  une entreprise à la pointe dans le domaine médical, dont les projets ont d’énormes retombées sur la santé. »

D’abord incubée par Sémia, elle a rejoint début 2012 d’autres start-up du bâtiment PH8 de la place de l’Hôpital à Strasbourg. À sa tête depuis septembre 2008, Maurice Bérenger dirige une équipe de 15 personnes qui œuvrent à la création de dispositifs médicaux contre les pathologies du larynx : cancers ou autres dysfonctionnements liés à des problèmes neurologiques. C’est ainsi qu’ils ont développé un organe artificiel destiné à remplacer complètement l’organe naturel dans les cas sérieux de cancers. Les études cliniques sont en cours, incluant plusieurs centres hospitaliers universitaires européens. L’entreprise a soumis un projet à l’Union européenne fin 2012, pour élargir leur domaine d’intervention à d’autres pathologies et développer d’autres traitements et biomatériaux.

Un projet financé à hauteur de 5,8 M€

« Nous voulons trouver des solutions permettant à des patients de ne pas rejeter des implants. Grâce à un consortium rassemblant trois entreprises très spécialisées (dont une Estonienne trouvée par Isabelle Gouriou d’Enterprise Europe Network Alsace) et quatre universités européennes – Harvard, Nottingham, Heidelberg et l’Inserm à Strasbourg –, notre projet, qui vise à maîtriser les réactions immunitaires de patients receveurs, a été financé à hauteur de 5,8 M€. Plusieurs mois ont été nécessaires à son élaboration. La Commission européenne juge les projets sur leur portée scientifique et les retombées économiques pour la société – en l’occurrence l’amélioration de la santé.

La phase la plus complexe est celle de la négociation avec l’ensemble des partenaires qui ont des modes de fonctionnement différents. Il faut rédiger un accord où chacun y trouve son compte. La condition sine qua non pour la PME : avoir le désir d’investir en temps et dans le management, en sachant que les débouchés n’interviendront que dans cinq ans. Je soulignerai un élément positif : la possibilité de cumuler les financements: aides à la recherche, financement d’études par la BPI – nous avons rédigé le projet en collaboration avec Steinbeis Europa, bénéficié d’un financement partiel pour la rédaction et la soumission du projet ».

Protip • 8, place de l’Hôpital à Strasbourg • 03 88 10 01 40 • www.protipmedical.fr

Je participe