pub

Buralistes  : Comment être moins dépendants du tabac ?

Face au déclin inéluctable du marché du tabac, l’État a créé, fin 2018, un fonds de transformation pour permettre aux buralistes de transformer leur point de vente.

  Commerce

100 000 € pour adapter le local à une nouvelle offre commerciale © Dorothée Parent

Hausse du prix, légère baisse du nombre de fumeurs, achats transfrontaliers, le marché du tabac en Alsace est fortement fragilisé. Depuis 2002, le nombre de buralistes y est passé de 805 à 532 ! La vente de journaux ou de jeux ne suffit plus à compenser la baisse des ventes de cigarettes. Pour être moins dépendants de ces produits, ils doivent se transformer en s’adaptant aux attentes des consommateurs. Parmi les pistes possibles, la cigarette électronique, les services (cordonnerie, photocopie, poste…), les cadeaux et le snacking.

Prise en charge de 30 % des travaux

Mais pour réussir cette mutation, le point de vente doit être souvent complètement repensé aussi bien dans son aménagement intérieur, que dans sa signalétique extérieure. Un fonds de transformation permet une prise en charge de 30 % des travaux destinés à développer l’offre avec un plafond de 33 000 € d'aide. Il concerne le mobilier, mais aussi les outils digitaux (bornes de services, logiciels, applications). Pour que le projet soit accepté, un audit doit être obligatoirement réalisé notamment par la CCI. Il permet une analyse détaillée du point de vente et de son environnement commercial, mais aussi la détection d'opportunités de développement.

Le magic
Répondre aux attentes du consommateur

« Avec le paquet de cigarettes à 10 € en 2020, nous anticipons une baisse de 20 % de la vente de tabac », se désole Manuela Pasquier, qui a repris, en 2010, ce bar tabac un peu excentré, mais bien situé sur l’axe routier qui mène aux zones d’activités de Schweighouse-sur-Moder. Son local de 120 m² n’avait bénéficié d’aucun rafraîchissement depuis 20 ans. Alors le fonds de transformation est arrivé à point nommé pour l’aider à donner un coup de jeune à son commerce et proposer une nouvelle offre commerciale. Elle a investi 100 000 € pour refaire les peintures, l’électricité, l’éclairage, les sols et remplacer le mobilier pour l’adapter. La visibilité extérieure a été améliorée avec l’installation d’une enseigne « Presse » et d’une carotte « Tabac ». Pour compenser la baisse des ventes de cigarettes, la gérante du Magic mise sur les produits de vapotage et sur une augmentation de son offre alimentaire (confiserie, chips, vins…). « Nous avons également voulu rendre notre salle de PMU plus attrayante avec du mobilier cosy pour donner envie aux parieurs de s’y installer et d'y boire un café. La connectique a aussi été complètement modernisée avec des prises pour chargeur et bien sûr le Wifi. Fini le parquet noir qui colle, nous voulons redorer l’image du PMU », sourit-elle. À l’étude également, le développement d’un service bancaire Nickel. « Cela exige beaucoup de travail pour un faible gain, mais si cela peut créer du trafic et permettre d’augmenter les ventes d’autres produits, pourquoi ne pas se lancer ? » s’interroge Manuela. En résumé, une transformation complète bien réfléchie pour répondre aux nouveaux usages et aux attentes des consommateurs. > P.H.

Le Magic 
18A route de Bitche à Haguenau 
03 88 73 31 22 • 


→ Audit du point de vente 
→ Audit de la zone de chalandise 
→ Élaboration d’une feuille de route

Prix : 1 950 € HT pris en charge par le fonds de transformation (50 % si le projet n’est pas réalisé)

Direction Commerce 
03 88 75 25 65 • str-commerce@alsace.cci.fr

Je participe