Site pilote de Soultz-sous-Forêts  : Le pionnier de la géothermie

Les études menées à Soultz-sous-Forêts ont permis des avancées majeures dans deux domaines: la production d’électricité avec une eau à «faible» température et la cogénération.

© Albert Genter / BRGM

Chaque région se targue d’avoir son champion à la pointe de la recherche en termes d’énergies «propres». En Alsace, c’est sans aucun doute le centre de production et de recherche de Soultz-sous-Forêts / 67, sur la géothermie. Depuis 25 ans, un groupement franco-allemand-suisse d’industriels (Électricité de Strasbourg, EDF…) et d’organismes scientifiques et universitaires (CNRS, Institut de physique du globe de Strasbourg…) y teste ses possibilités de développement, alors que la géothermie ne représente en France que 1,6% de la production d’énergies renouvelables. Une contribution à multiplier par six d’ici à 2020, a décidé le Grenelle de l’Environnement. Bien avant tout cela, Soultz-sous-Forêts a expérimenté «la possibilité de produire de l’électricité avec une eau à moyenne température, entre 130 et 200 degrés et située à 5km de profondeur,» explique Romain Vernier, responsable de la division géothermie à BRGM, l’un des organismes scientifiques travaillant sur le site.

Une production plus efficace

Depuis la réalisation de cet objectif en 2008, la centrale de Soultz-sous-Forêts est dotée d’une capacité de production d’électricité d’1MW. Mieux encore, elle a ouvert la voie à des projets développant la cogénération. «Cela signifie que la géothermie sera utilisée avec une efficacité maximale, car les futurs sites produiront non seulement de l’électricité mais aussi de l’énergie thermique pour alimenter les réseaux de chaleur, simplifie Romain Vernier. Et ce d’autant plus qu’une fois l’eau utilisée, elle est réinjectée dans le sous-sol où elle se réchauffera à nouveau et pourra être réutilisée. Soultz-sous-Forêts a été le premier opérateur au monde à utiliser ces procédés.» Ces expérimentations ont ainsi rendu possible le lancement d’autres projets géothermiques, en Alsace ou en Allemagne. (1) En 2011 selon les chiffres d’EDF

www.brgm.fr

Je participe