Transition énergétique : Trouver le (bon) compromis

Répondre aux exigences d’efficacité énergétique et d’utilisation des énergies renouvelables sans rogner sur la compétitivité des entreprises est le grand enjeu du débat sur la transition énergétique. Surtout que le temps presse face à la hausse des prix de l’énergie.

La consommation d’énergie par an en Alsace (1)

17448 GWh

dans l’industrie

11300 GWh

pour les ménages

(1) Hors carburant et électricité. Source : l’étude transfrontalière Trion 2013

 

Il est nécessaire pour les entreprises d’aborder le virage de la transition énergétique. Le constat fait l’unanimité dans le monde économique, en Alsace comme ailleurs. En revanche, les réponses à la question «comment?» divisent. C’est pour dégager de premiers consensus à ce sujet, que l’État a organisé des débats en région, invitant les chefs d’entreprises à s’exprimer. La synthèse de leurs propositions contribuera à élaborer la loi de programmation présentée à l’automne au Parlement. Elle définira la stratégie française destinée à réussir cette transition énergétique, autrement dit à passer de notre système actuel basé sur des ressources fossiles à un mix énergétique, plus sobre et efficace, utilisant des énergies renouvelables. Le tout en tenant compte des objectifs de réduction des gaz à effet de serre (des émissions divisées par quatre d’ici à 2050) et de rééquilibrage du poids du nucléaire dans la production d’électricité en France, de 75% actuellement à 50% en 2025. Ce dernier point mobilise tout particulièrement les entreprises alsaciennes, confrontées à la concurrence et au dynamisme de la Suisse et de l’Allemagne. «Le faible coût de l’électricité en France, de 30 à 40% moins cher qu’en Europe, leur procure un avantage compétitif, l’un des derniers qui leur reste, analyse Marcel Schott, membre titulaire de la CCI de Région Alsace et membre de la commission Industrie et du Ceser (Conseil économique, social et environnemental régional Alsace). C’est pourquoi les entreprises craignent une hausse importante des tarifs, si les énergies renouvelables ou les gains d’efficacité ne parviennent pas à combler la baisse de la production d’électricité d’origine nucléaire.»

Électricité et gap de compétitivité

La commission de régulation de l’énergie a conforté ces inquiétudes en février dernier, en préconisant d’augmenter les prix de l’électricité de 30% à l’horizon 2017. De son côté, la CCI de Région Alsace n’a pas encore tranché sur la stratégie à adopter. Faut-il augmenter les prix pour inciter les entreprises à investir dans les énergies «propres» ou moins gourmandes ? Maintenir ce gap de compétitivité ? Une tarification claire et précise de ces mêmes tarifs permettrait également de comparer plus efficacement les différentes offres des opérateurs et de les mettre en concurrence. Enfin, il serait possible d’imaginer un dispositif de récompense fiscale pour les entreprises ayant amélioré leur efficacité énergétique. Même si certaines, vous allez le découvrir, n’ont pas attendu pour franchir le pas.

 

Laurent Deffinis • 03 89 66 71 85 • l.deffinis@alsace.cci.fr

Je participe