pub

Joseph Kleinpeterdirecteur de l’ASPA-ATMO Alsace : Changements climatiques: Agir ici pour la planète

© Benoît Linder

Le 11 décembre se tiendra la COP21, conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Quels sont les enjeux de ce débat?

J. K. • L’ambition de la COP21 est de trouver un accord mondial permettant de lutter plus efficacement contre le dérèglement climatique. Les enjeux sont planétaires, avec des impacts multiples, économiques et sociaux. Pour quelques degrés de plus, nous risquons de laisser une planète «terre brûlée» aux générations suivantes. Les changements climatiques ont et auront des effets majeurs sur l’agriculture, sur la biodiversité, sur la gestion de l’eau, sur les maladies parasitaires, etc. Le phénomène est d’une grande complexité, d’une grande ampleur et d’une grande inertie tout comme les actions à mener puisqu’il s’agit d’impulser encore plus rapidement la transition de nos sociétés vers des économies sobres en carbone.

Les réponses à donner feront l’objet d’un vaste chantier. Que préconisez-vous pour l’Alsace?

J. K. • Le phénomène est planétaire, mais la réponse présente une forte dimension territoriale qui rejoint les missions de l’ASPA-ATMO* Alsace et de ses 35 experts. La Conférence Régionale de l’Énergie et de l’Atmosphère (CREA) nous a confié la gestion des bases de données alsaciennes sur les polluants de l’air mais aussi sur les gaz à effet de serre et, en lien étroit avec eux, les consommations et productions d’énergie. Cela nous a permis d’être un grand fournisseur de données pour les plans climat territoriaux et pour le Schéma Régional Climat Air Énergie (SRCAE). Celui-ci préconise, entre autres, de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre du territoire d’ici 2050 et, à la même échéance, de réduire de 50% la consommation énergétique finale. C’est ambitieux, mais indispensable. Les entreprises alsaciennes sont appelées, pour ne pas dire acculées, à avoir un modèle de responsabilité sociale et environnementale pour la gestion des gaz à effet de serre et de l’énergie, en faisant rimer anticipation avec innovation. Les filières professionnelles y compris les financiers sont en train de s’organiser pour, par exemple, s’engager dans la rénovation de dizaines de milliers de logements, préconisée par le SRCAE.

Quel est votre sentiment personnel sur le sujet? Croyez-vous à ce projet?

J. K. • Je me réjouis d’abord de l’approche transversale air climat énergie pour laquelle l’ASPA-ATMO Alsace a beaucoup milité. Elle gère les antagonismes possibles, comme promouvoir le bois en tant qu’énergie renouvelable sans oublier la maîtrise des émissions de polluants. Ensuite, j’ai conscience que le diagnostic posé ne suffit pas, le plus important reste de convaincre les entreprises – et les individus –, en leur expliquant qu’en prenant des mesures, tout le monde va y gagner, en passant à une sorte d’économie circulaire généralisée. Et puis, j’ai compris que c’est aussi une affaire de valeurs. Une des vertus est l’exemplarité, à l’instar de la démarche organisée par la Région en 2000 avec la Compagnie de l’Air. Une trentaine de structures – collectivités, État, entreprises – ont adhéré à une charte d’engagement. Pourquoi ne pas reconduire et élargir cette charte de bonnes pratiques des organismes et de leur personnel en visant la diminution de la consommation d’énergie, la mise en place de plans de déplacements, d’audits thermiques, etc.? L’ASPA-ATMO Alsace est prête à animer cela (et à terme dans la nouvelle région puisque nous fusionnons aussi) en lien avec les CCI qui sont d’ailleurs membres de l’ASPA-ATMO Alsace et avec qui nous collaborons déjà. En plus, cela rejoint, en terre d’Erasme, l’esprit rhénan du dialogue respectueux et constructif valorisant l’intelligence collective pour le bien commun. *ASPA Alsace : Association pour la Surveillance et l’Étude de la Pollution Atmosphérique.*ATMO France: Fédération des Associations agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air.

Propos recueillis par Françoise Herrmann

10/11/2015Partager