pub

Alain Beretz, président de l’Université de strasbourg : Pour un partenariat encore plus fort avec le monde socio-économique

© Catherine Schröder-Unistra

L’Université de Strasbourg est riche de 37 composantes, 78 laboratoires, 48 000 étudiants. Quelles compétences intéressent plus particulièrement les entreprises ?

A.B.• L’université prépare à tous les secteurs professionnels. Nos étudiants acquièrent aussi bien des capacités techniques et opérationnelles liées à une branche professionnelle ou à un métier que des capacités à analyser des problématiques complexes. Ils savent s’organiser, de plus en plus en mode projet, être autonomes, se remettre en question. Par leurs études longues et avec un socle de connaissances de base approfondies, ils ont une capacité à rebondir tout au long d’un parcours professionnel. Notre particularité strasbourgeoise, c’est d’être pluridisciplinaire. Nous sommes la seule université à disposer en son sein à la fois d’une école de management, de journalisme, quatre écoles d’ingénieurs, un Institut de Sciences Politiques, de trois IUT… Cet éventail très large regroupe l’ensemble des activités dont le monde économique a besoin. Bref, j’ai envie de dire que l’université forme à tous les métiers !

Justement, quels sont les liens que vous entretenez plus précisément avec les entreprises ?

A. B. • Nous avons développé des liens et des collaborations étroites avec les entreprises. Par exemple, nous avons généralisé les conseils de performance pour chaque diplôme, ce qui nous permet de discuter régulièrement des programmes avec les chefs d’entreprises. Par ailleurs, la plupart de nos formations intègrent des stages courts et longs en entreprise. Nos liens se renforcent aussi via la formation continue, dite toute au long de la vie. Nous accueillons des salariés qui ont besoin d’acquérir de nouvelles compétences, de valoriser leurs acquis ou tout simplement qui ont envie de continuer à apprendre. Nous sommes l’un des leaders européens, générant près de dix millions d’€ de chiffre d’affaires. Nos intervenants sont les mêmes qu’en formation initiale, ce qui garantit la qualité du niveau de formation. Dans le domaine de la recherche, nous entretenons depuis très longtemps des relations avec les entreprises, aussi bien sous la forme de prestations de services (comme une analyse chimique que l’on effectuera par l’un de nos laboratoires) que de collaboration de recherche. Celles-ci sont formalisées par un contrat avec l’entreprise. Notre filiale Conectus Alsace, créée pour faciliter la collaboration entre la recherche publique et la R&D privée, assure l’interface avec beaucoup de professionnels. Elle permet de transformer les découvertes issues des laboratoires en applications industrielles, créant une synergie avec les autres acteurs de l’écosystème régional.

Certaines PME hésitent pourtant à traiter avec l’université, perçue comme une énorme machine quasi inaccessible. Qu’en pensez-vous ?

A. B. • Effectivement, les PME-PMI ont parfois des réticences à collaborer avec l’université. C’est pourquoi nous souhaitons lever les malentendus et les difficultés ressenties. Dès fin 2016, nous allons créer un guichet unique pour simplifier l’accès des PME-PMI. A nous d’être les facilitateurs. Ainsi, ils auront un seul point d’entrée pour obtenir toutes les informations sur les formations, la recherche, les possibilités de collaborations et de stages. En donnant des réponses rapides à leurs questions, ce guichet unique renforcera le partenariat entre le monde universitaire et le monde socio-économique. C’est un pas important pour répondre aux spécificités du monde économique de notre territoire.

Quel est le rôle de la Fondation de l’Université ?

A. B. • C’est une pierre angulaire essentielle de l’université, avec la formation et la recherche. Je suis très fier de voir que les entreprises nous font confiance en intégrant le mécénat dans leur stratégie. En investissant pour notre développement, elles adhèrent au fait qu’une université prospère et forte est un bien pour le monde économique et pour la société. Elles participent ainsi à la qualité de nos recherches, à la qualité de nos enseignements et nous donnent une meilleure visibilité à l’international. Grâce à ces contributions essentielles, nous pouvons promouvoir des programmes auxquels les entreprises sont attachées, développer des talents, ou encore préserver notre patrimoine. En soutenant notre Fondation, les entreprises agissent en faveur de l’écosystème tout entier. Ainsi, les nombreuses énergies que nous déployons sont tournées vers une finalité commune : contribuer à la compétitivité des entreprises et du territoire, leur permettre de répondre à de nouveaux challenges. Challenges que nous devons relever main dans la main ! Propos recueillis par Françoise Herrmann

10/05/2016Partager